bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 2

laquais et filles de chambre, tout ce monde ne serait pas long à décamper à la première alerte... Est-ce
qu'une catastrophe pareille serait possible?... Mais alors, moi, qu'est-ce que je deviendrais, et la

Territoriale
, et mes avances, et mon arriéré?...

Il m'a laissé froid dans le dos, ce Francis.

XVI. UN HOMME PUBLIC

La chaleur lumineuse d'une claire après-midi de mai tiédissait en vitrages de serre les hautes croisées de
l'hôtel de Mora, dont les transparents de soie bleue se voyaient du dehors entre les branches, et ses larges

terrasses, où les fleurs exotiques sorties pour la première fois de la saison couraient en bordure tout le

long du quai. Les grands râteaux traînant parmi les massifs du jardin traçaient dans le sable des allées les

pas légers de l'été, tandis que le bruit fin des pommes d'arrosage sur la verdure des pelouses semblait sa

chanson rafraîchissante.

Tout le luxe de la résidence princière s'épanouissait dans l'heureuse douceur de la température,
empruntant une beauté grandiose au silence, au repos de cette heure méridienne, la seule où l'on

n'entendît pas le roulement des voitures sous les voûtes, le battement des grandes portes d'antichambre et

cette vibration perpétuelle que faisait courir dans le lierre des murailles le tirage des timbres d'arrivée ou

de sortie, comme la palpitation fiévreuse de la vie d'une maison mondaine. On savait que jusqu'à trois

heures le duc recevait au ministère, que la duchesse, une Suédoise encore engourdie des neiges de

Stockholm, sortait à peine de ses courtines somnolentes; aussi personne ne venait, visiteurs ni

solliciteurs, et les valets de pied, perchés comme des flamants sur les marches du perron désert,

l'animaient seuls de l'ombre grêle de leurs longues jambes et de leur bâillant ennui d'oisiveté.

Par exception pourtant ce jour-là le coupé marron de Jenkins attendait dans un coin de la cour. Le duc,
souffrant depuis la veille, s'était senti plus mal en sortant de table, et bien vite avait mandé l'homme aux

perles pour l'interroger sur son état singulier. De douleur nulle part, du sommeil et de l'appétit comme à

l'ordinaire; seulement une lassitude incroyable et l'impression d'un froid terrible que rien ne pouvait

dissiper. Ainsi en ce moment, malgré le beau soleil printanier qui inondait sa chambre et pâlissait la

flambée montant dans la cheminée comme au coeur de l'hiver, le duc grelottait sous ses fourrures bleues,

entre ses petits paravents, et, tout en donnant des signatures à un attaché de son cabinet sur une table

basse en laque doré qui s'écaillait, tellement elle était près du feu, il tendait à chaque instant ses doigts

engourdis vers la flamme, qui aurait pu les brûler à la surface sans rendre une circulation de vie à leur

rigidité blafarde.

Était-ce l'inquiétude causée par le malaise de son illustre client? Mais Jenkins paraissait nerveux,
frémissant, arpentait les tapis, à grands pas, furetant, flairant de droite et de gauche, cherchant dans l'air

quelque chose qu'il croyait y être, quelque chose de subtil et d'insaisissable comme la trace d'un parfum

ou le sillon invisible que laisse un passage d'oiseau. On entendait le pétillement du bois dans la

cheminée, le bruit des papiers feuilletés à la hâte, la voix indolente du duc indiquant d'un mot toujours

précis et net une réponse à une lettre de quatre pages, et les monosyllabes respectueux de l'attaché: «Oui,

monsieur le ministre... Non, monsieur le ministre,» puis le grincement d'une plume rebelle et lourde.

Dehors, les hirondelles sifflaient joyeusement au-dessus de l'eau, une clarinette jouait vers les ponts.

«C'est impossible, dit tout à coup le ministre d'État en se levant... Emportez ça, Lartigues; vous
reviendrez demain... Je ne peux pas écrire... J'ai trop froid... Tenez, docteur, tâtez mes mains, si on ne

dirait pas qu'elles sortent d'un seau d'eau frappée... Depuis deux jours, tout mon corps est ainsi... Est-ce

assez ridicule avec le temps qu'il fait!

< page précédente | 23 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.