bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 1

son mariage dans les journaux, n'admettre chez lui que des domestiques étrangers sachant à peine trois
mots de français. Avec ces trois mots, assaisonnés de jurons du faubourg et de coups de poing sur la

table, son cocher Joë, qui le déteste, nous a raconté toute son histoire pendant le souper.

«Elle va claquer, son Irlandaise, sa vraie... Savoir maintenant s'il épousera l'autre. Quarante-cinq ans,
mistress Maranne, et pas un schelling... Faut voir comme elle a peur d'être lâchée... L'épousera,

l'épousera pas... kss... kss... nous allons rire.» Et plus on le faisait boire, plus il en racontait, traitant sa

malheureuse maîtresse comme la dernière des dernières... Moi j'avoue qu'elle m'intéressait, cette fausse

madame Jenkins, qui pleure dans tous les coins, supplie son amant comme le bourreau et court le risque

d'être plantée là, quand toute la société la croit mariée, respectable, établie. Les autres ne faisaient qu'en

rire, les femmes surtout. Dame! c'est amusant quand on est en condition de voir que ces dames de la

haute ont leurs affronts aussi et des tourments qui les empêchent de dormir.

Notre tablée présentait à ce moment le coup d'oeil le plus animé, un cercle de figures joyeuses tendues
vers cet Irlandais qui avait le pompon pour son anecdote. Cela excitait des envies; on cherchait, on

ramassait dans sa mémoire ce qu'il pouvait y traîner de vieux scandales, d'aventures de maris trompés, de

ces faits intimes vidés a la table de cuisine avec les fonds de plats et les fonds de bouteilles. C'est que le

champagne commençait à faire des siennes parmi les convives. Joë voulait danser une gigue sur la nappe.

Les dames, au moindre mot un peu gai, se renversaient avec des rires aigus de personnes qu'on

chatouille, laissant traîner leurs jupons brodés sous la table pleine de débris de victuailles et de graisses

répandues. M. Louis s'était retiré discrètement. On remplissait les verres sans les vider; une femme de

charge trempait dans le sien rempli d'eau un mouchoir dont elle se baignait le front, parce que la tête lui

tournait, disait-elle. Il était temps que cela finît; et de fait une sonnette électrique, carillonnant dans le

couloir, nous avertissait que le valet de pied, de service au théâtre, venait appeler les cochers. Là-dessus

Monpavon porta un toast au maître de la maison en le remerciant de sa petite soirée. M. Noël annonça

qu'il la recommencerait à Saint-Romans, pour les fêtes du bey, où la plupart des assistants seraient

probablement invités. Et j'allais me lever à mon tour, assez habitué aux repas de corps pour savoir qu'en

pareille occasion le plus vieux de l'assemblée est tenu de porter une santé aux dames, quand la porte

s'ouvrit brusquement, et un grand valet de pied tout crotté, un parapluie ruisselant à la main, suant,

essoufflé, nous cria, sans respect pour la compagnie:

«Mais arrivez donc, tas de «mufes...» qu'est-ce que vous fichez là?... Quand on vous dit que c'est fini.»

XI. LES FÊTES DU BEY

Dans les régions du Midi, de civilisation lointaine, les châteaux historiques encore debout sont rares. A
peine de loin en loin quelque vieille abbaye dresse-t-elle au flanc des collines sa façade tremblante et

démembrée, percée de trous qui ont été des fenêtres et dont l'ouverture ne regarde plus que le ciel,

monument de poussière calciné de soleil, datant de l'époque des croisades ou des cours d'amour, sans un

vestige de l'homme parmi ses pierres où le lierre ne grimpe même plus, ni l'acanthe, mais qu'embaument

les lavandes sèches et les férigoules. Au milieu de toutes ces ruines, le château du Saint-Romans fait une

illustre exception. Si vous avez voyagé dans le Midi, vous l'avez vu et vous allez le revoir tout de suite.

C'est entre Valence et Montélimart, dans un site où la voie ferrée court à pic tout le long du Rhône, au

bas des riches coteaux de Beaume, de Raucoule, de Mercurol, tout le cru brûlant de l'Ermitage répandu

sur cinq lieues de ceps serrés, alignés, dont les plantations moutonnent aux yeux, dégringolent jusque

dans le fleuve, vert et plein d'îles à cet endroit comme le Rhin du côté de Bâle, mais avec un coup de

soleil que le Rhin n'a jamais eu. Saint-Romans est en face sur l'autre rive; et, malgré la rapidité de la

vision, la lancée à toute vapeur des wagons qui semblent vouloir à chaque tournant se précipiter

< page précédente | 88 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.