bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 1

«Vous la connaissez? fit André Maranne.

- Mais oui... madame Jenkins, la femme du docteur Irlandais. J'ai soupé chez eux cet hiver.

- C'est ma mère...» Et le jeune homme ajouta sur un ton plus bas:

«Madame Maranne a épousé en secondes noces le docteur Jenkins... Vous êtes surpris, n'est-ce pas, de
me voir dans cette détresse quand mes parents vivent au milieu du luxe?... Mais, vous savez, les hasards

de la famille groupent parfois ensemble des natures si différentes... Mon beau-père et moi nous n'avons

pu nous entendre... Il voulait faire de moi un médecin, tandis que je n'avais de goût que pour écrire.

Alors, afin d'éviter des débats continuels dont ma mère souffrait, j'ai préféré quitter la maison et tracer

mon sillon tout seul, sans le secours de personne... Rude affaire! les fonds manquaient... Toute la fortune

est à ce... à M. Jenkins... Il s'agirait de gagner sa vie, et vous n'ignorez pas comme c'est une chose

difficile pour des gens tels que nous, soi-disant bien élevés... Dire que, dans tout l'acquis de ce qu'on est

convenu d'appeler une éducation complète, je n'ai trouvé que ce jeu d'enfant à l'aide duquel je pouvais

espérer gagner mon pain. Quelques économies, ma bourse de jeune homme, m'ont servi à acheter mes

premiers outils, et je me suis installé bien loin, tout au bout de Paris, pour ne pas gêner mes parents.

Entre nous, je crois que je ne ferai jamais fortune dans la photographie. Les premiers temps surtout ont

été d'un dur... Il ne venait personne, ou, si par hasard quelque malheureux montait, je le manquais, je le

répandais sur ma plaque en un mélange blafard et vague comme une apparition. Un jour, dans tout le

commencement, il m'est arrivé une noce, la mariée tout en blanc, le marié avec un gilet... comme ça!... Et

tous les invités dans des gants blancs qu'ils tenaient à conserver sur leur portrait pour la rareté du fait...

Non, j'ai cru que je deviendrais fou... Ces figures noires, les grandes taches blanches de la robe, des

gants, des fleurs d'oranger, la malheureuse mariée en reine des Niams-Niams sous sa couronne qui

fondait dans ses cheveux... Et tous si pleins de bonne volonté, d'encouragements pour l'artiste... Je les ai

recommencées au moins vingt fois, tenus jusqu'à cinq heures du soir. Ils ne m'ont quitté qu'à la nuit pour

aller dîner. Voyez-vous cette journée de noces passée dans une photographie...»

Pendant qu'André lui racontait avec cette bonne humeur les tristesses de sa vie, Paul se rappelait la sortie
de Félicia à propos des bohèmes et tout ce qu'elle disait à Jenkins sur ces courages exaltés, avides de

privations et d'épreuves. Il songeait aussi à la passion d'Aline pour son cher Paris dont il ne connaissait,

lui, que les excentricités malsaines, tandis que la grande ville cachait dans ses replis tant d'héroïsmes

inconnus et de nobles illusions. Cette impression déjà ressentie à l'abri de la grosse lampe des Joyeuse, il

l'avait peut-être plus vive dans ce milieu moins tiède, moins tranquille, où l'art mettait en plus son

incertitude désespérée ou glorieuse; et c'est le coeur touché qu'il écoutait André Maranne lui parler

d'Élise, de l'examen si long à passer, de la photographié difficile, de tout cet imprévu de sa vie, qui

cesserait certainement «quand il aurait fait jouer Révolte,» un adorable sourire accompagnant sur

les lèvres du poète cet espoir si souvent formulé et qu'il se dépêchait de railler lui-même comme pour

ôter aux autres le droit de le faire.

X. MÉMOIRES D'UN GARÇON DE BUREAU. - LES DOMESTIQUES

Vraiment la fortune à Paris a des tours de roue vertigineux!

Avoir vu la Caisse territoriale comme je l'ai vue, des pièces sans feu, jamais balayées, le désert
avec sa poussière, haut de ça de protêts sur les bureaux, tous les huit jours une affiche de vente à la porte,

mon fricot répandant là-dessus l'odeur d'une cuisine pauvre; puis assister maintenant à la reconstitution

de notre Société dans ses salons meublés à neuf, où je suis chargé d'allumer des feux de ministère, au

< page précédente | 80 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.