bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 1

aurait cotée dix francs. A certains jours, le jeune de Géry sortait de ces séances écoeuré jusqu'à la nausée.
Toute l'honnêteté de sa jeunesse se révoltait; il essayait auprès du Nabab des tentatives de réforme. Mais

celui-ci, au premier mot, prenait la physionomie ennuyée des natures faibles, mises en demeure de se

prononcer, ou bien il répondait avec un haussement de ses solides épaules: «Mais, c'est Paris, cela, mon

cher enfant... ne vous effarouchez pas, laissez-moi faire... je sais où je vais et ce que je veux.»

Il voulait alors deux choses, la députation et la croix. Pour lui, c'étaient les deux premiers étages de la
grande montée, où son ambition le poussait. Député, il le serait certainement par la Caisse

Territoriale
, à la tête de laquelle il se trouvait. Paganetti de Porto-Vecchio le lui disait souvent:

- Quand le jour sera venu, l'île se lèvera et votera pour vous, comme un seul homme.

Seulement, ce n'est pas tout d'avoir des électeurs; il faut encore qu'un siège soit vacant à la Chambre, et la
Corse y comptait tous ses représentants au complet. L'un d'eux, pourtant, le vieux Popolasca, infirme,

hors d'état d'accomplir sa tâche, aurait peut-être, à de certaines clauses, donné volontiers sa démission.

C'était une affaire délicate à traiter, mais très faisable, le bonhomme ayant une famille nombreuse, des

terres qui ne rapportaient pas le deux, un palais en ruine à Bastia, où ses enfants se nourrissaient de

polenta
, et un logement à Paris, dans un garni de dix-huitième ordre. En ne regardant pas à cent ou
deux cent mille francs, on devait venir à bout de cet honorable affamé qui, tâté par Paganetti, ne disait ni

oui ni non, séduit par la grosse somme, retenu par la gloriole de sa situation. L'affaire en était là, pouvait

se décider un jour ou l'autre.

Pour la croix, tout allait encore mieux. L'oeuvre du Béthléem avait décidément fait aux Tuileries un bruit
du diable. On n'attendait plus que la visite de M. de La Perrière et son rapport qui ne pouvait manquer

d'être favorable, pour inscrire sur la liste du 16 mars, à la date d'un anniversaire impérial, le glorieux nom

de Jansoulet... Le 16 mars, c'est-à-dire avant un mois... Que dirait le gros Hemerlingue de cette insigne

faveur, lui qui, depuis si longtemps, devait se contenter du Nisham. Et le bey, à qui l'on avait fait croire

que Jansoulet était au ban de la société parisienne, et la vieille mère, là-bas, à Saint-Romans, toujours si

heureuse des succès de son fils!... Est-ce que cela ne valait pas quelques millions habilement gaspillés et

laissés aux oiseaux sur cette route de la gloire où le Nabab marchait en enfant, sans souci d'être dévoré

tout au bout? Et n'y avait-il pas dans ces joies extérieures, ces honneurs, cette considération chèrement

achetés, une compensation à tous les déboires de cet oriental reconquis à la vie européenne, qui voulait

un foyer et n'avait qu'un caravansérail, cherchait une femme et ne trouvait qu'une Levantine.

VIII. L'OEUVRE DE BETHLÉEM.

Bethléem! Pourquoi ce nom légendaire et doux, chaud comme la paille de l'étable miraculeuse, vous
faisait-il si froid à voir écrit en lettres dorées tout en haut de cette grille de fer? Cela tenait peut-être à la

mélancolie du paysage, cette immense plaine triste qui vu de Nanterre à Saint-Cloud, coupée seulement

par quelques bouquets d'arbres ou la fumée des cheminées d'usine. Peut-être aussi à la disproportion

existant entre l'humble bourgade invoquée, et l'établissement grandiose, cette villa genre Louis XIII en

béton aggloméré, toute rose entre les branches de son parc défeuillé, où s'étalaient de grandes pièces

d'eau épaissies de mousses vertes. Ce qui est sûr, c'est qu'en passant là, le coeur se serrait. Quand on

entrait, c'était bien autre chose. Un silence lourd, inexplicable, pesait sur la maison, où les figures

apparues aux fenêtres avaient un aspect lugubre derrière les petits carreaux verdâtres à l'ancienne mode.

Les chèvres nourricières promenées dans les allées mordillaient languissamment les premières pousses,

avec des «bêêê» vers leur gardienne ennuyée aussi et suivant les visiteurs d'un oeil morne. Un deuil

planait, le désert et l'effroi d'une contagion. Ç'avait été pourtant une propriété joyeuse, et où naguère

< page précédente | 64 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.