bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 1

solide: j'ai du charbon plein mes soutes... Je vous jure que nous irons loin, et vite, nom d'un sort!»

Le naïf Méridional répandait ainsi ses projets dans la nuit avec force gestes expressifs, et, de temps à
autre, en arpentant la place agrandie et déserte, majestueusement entourée de ses palais muets et clos, il

levait la tête vers l'homme de bronze de la colonne, comme s'il prenait à témoin ce grand parvenu dont la

présence au milieu de Paris autorise toutes les ambitions, rend toutes les chimères vraisemblables.

Il y a chez la jeunesse une chaleur de coeur, un besoin d'enthousiasme que réveille le moindre
effleurement. A mesure que le Nabab parlait, de Géry sentait fuir ses soupçons et toute sa sympathie

renaître avec une nuance de pitié... Non, bien certainement cet homme-là n'était pas un coquin, mais un

pauvre être illusionné à qui la fortune montait à la tête comme un vin trop capiteux pour un estomac

longtemps abreuvé d'eau. Seul au milieu de Paris, entouré d'ennemis et d'exploiteurs, Jansoulet lui faisait

l'effet d'un piéton chargé d'or traversant un bois mal hanté, dans l'ombre et sans armes. Et il pensait qu'il

serait bien au protégé de veiller sans en avoir l'air sur le protecteur, de devenir le Télémaque clairvoyant

de ce Mentor aveugle, de lui montrer les fondrières, de le défendre contre les détrousseurs, de l'aider

enfin à se débattre dans tout ce fourmillement d'embuscades nocturnes qu'il sentait rôder férocement

autour du Nabab et de ses millions.

V. LA FAMILLE JOYEUSE.

Tous les matins de l'année, à huit heures très précises, une maison neuve et presque inhabitée d'un
quartier perdu de Paris s'emplissait de cris, d'appels, de jolis rires sonnant clair dans le désert de

l'escalier:

«Père, n'oublie pas ma musique...

- Père, ma laine à broder...

- Père, rapporte-nous des petits pains...»

Et la voix du père qui appelait d'en bas:

«Yaia, descends-moi donc ma serviette...

- Allons, bon! il a oublié sa serviette...»

Et c'était un empressement joyeux du haut en bas de la maison, une course de tous ces minois brouillés
de sommeil, de toutes ces chevelures ébouriffées que l'on rajustait en chemin, jusqu'au moment où,

penchées sur la rampe, une demi-douzaine de jeunes filles adressaient leurs adieux sonores à un petit

vieux monsieur, net et bien brossé, dont la face rougeaude, la silhouette étriquée, disparaissaient enfin

dans la perspective tournante des marches. M. Joyeuse était parti pour son bureau... Alors, toute cette

échappée de volière remontait vite au quatrième et, la porte tirée, se groupait à une croisée ouverte pour

regarder le père encore une fois. Le petit homme se retournait, des baisers s'échangeaient de loin, puis les

fenêtres se fermaient; la maison neuve et déserte redevenait tranquille, à part les écriteaux dansant leur

folle sarabande au vent de la rue inachevée, comme mis en gaieté eux aussi par toutes ces évolutions. Un

moment après, le photographe du cinquième descendait suspendre à la porte sa vitrine d'exposition,

toujours la même, où l'on voyait le vieux monsieur en cravate blanche entouré de ses filles en groupes

variés; il remontait à son tour, et le calme succédant tout à coup à ce petit tapage matinal laissait à

supposer que «le père» et ses demoiselles étaient rentrés dans le cadre de photographies, où ils se tenaient

souriants et immobiles jusqu'au soir.

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.