bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 1

languit de toi, Françoise.»

Cette lettre de sa mère, qu'il n'avait pas vue depuis six ans, ces expressions méridionales où il trouvait
des intonations connues, cette grosse écriture qui dessinait pour lui un visage adoré, tout ridé, brûlé,

crevassé, mais riant sous une coiffe de paysanne, avaient ému le Nabab. Depuis six semaines qu'il était

en France, perdu dans le tourbillon de Paris, de son installation, il n'avait pas encore pensé à sa chère

vieille; et maintenant il la revoyait toute dans ces lignes. Il resta un moment à regarder la lettre, qui

tremblait entre ses gros doigts...

Puis, cette émotion passée:

«Monsieur de Géry, dit-il, je suis heureux de l'occasion qui va me permettre de vous rendre un peu des
bontés que les vôtres ont eu pour les miens... Dès aujourd'hui, si vous y consentez, je vous prends avec

moi... Vous êtes instruit, vous semblez intelligent, vous pouvez me rendre de grands services... J'ai mille

projets, mille affaires. On me mêle à une foule de grosses entreprises industrielles... Il me faut quelqu'un

qui m'aide, qui me supplée au besoin... J'ai bien un secrétaire, un intendant, ce brave Bompain; mais le

malheureux ne connaît rien de Paris, il est comme ahuri depuis son arrivée... Vous me direz que vous

tombez de votre province, vous aussi... Mais ça ne fait rien... Bien élevé comme vous l'êtes, Méridional,

alerte et souple, ça se prend vite le courant du boulevard... D'ailleurs je me charge de faire votre

éducation à ce point de vue-là. Dans quelques semaines vous aurez, j'en réponds, le pied aussi parisien

que moi.»

Pauvre homme. C'était attendrissant de l'entendre parler de son pied parisieïn et de son
expérience, lui qui devait en être toujours à ses débuts.

«... Voilà qui est entendu, n'est-ce pas?... Je vous prends comme secrétaire... Vous aurez un appointement
fixe que nous allons régler tout à l'heure; et je vous fournirai l'occasion de faire votre fortune

rapidement...»

Et comme de Géry, tiré subitement de toutes ses incertitudes d'arrivant, de solliciteur, de néophyte, ne
bougeait pas de peur de s'éveiller d'un rêve:

«Maintenant, lui dit le Nabab d'une voix douce, asseyez-vous là, près de moi, et parlons un peu de
maman.»

III. MÉMOIRES D'UN GARÇON DE BUREAU. - SIMPLE COUP D'OEIL JETÉ SUR LA
CAISSE TERRITORIALE.

Je venais d'achever mon humble collation du matin, et de serrer selon mon habitude le restant de mes
petites provisions dans le coffre-fort de la salle du conseil, un magnifique coffre-fort à secret, qui me sert

de garde-manger depuis bientôt quatre ans que je suis à la Territoriale; soudain, le gouverneur

entre dans les bureaux, tout rouge, les yeux allumés comme au sortir d'une bombance, respire

bruyamment, et me dit en termes grossiers, avec son accent d'Italie:

«Mais ça empeste ici, Moussiou Passajon.»

Ça n'empestait pas, si vous voulez. Seulement, le dirai-je? J'avais fait revenir quelques oignons, pour
mettre autour d'un morceau de jarret de veau, que m'avait descendu mademoiselle Séraphine, la

cuisinière du second, dont j'écris la dépense tous les soirs. J'ai voulu expliquer la chose au gouverneur;

mais il s'est mis furieux, disant par sa raison qu'il n'y avait point de bon sens d'empoisonner des bureaux

< page précédente | 24 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.