bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - La Belle-Nivernaise

imposés pour l'élever seraient perdus.

Maugendre devina sa pensée:

«Il va sans dire, François, que, si tu me le donnes, je te dédommagerai de tes frais.

«Ça serait aussi une bonne affaire pour le petit. Je ne peux jamais voir les élèves forestiers dans les bois
sans me dire: J'aurais pu faire de mon garçon un monsieur comme ces messieurs-là.

«Victor est laborieux et il me plaît. Tu sais bien que je te traiterai comme mon fils.

«Voyons, est-ce dit?»

On en causa le soir, les enfants couchés dans la cabine de la Belle-Nivernaise.

La femme de tête essaya de raisonner.

«Vois-tu, François, nous avons fait pour cet enfant-là tout ce que nous avons pu.

«Dieu sait qu'on désirait le garder!

«Mais, puisqu'il s'offre une occasion de nous séparer de lui sans le rendre malheureux, il faut tâcher d'avoir
du courage.»

Et, malgré eux, les yeux se tournèrent vers le lit, où Victor et Mimile dormaient d'un sommeil d'enfants,
calme et abandonné.

«Pauvre petit!» dit François d'une voix douce.

Ils entendaient la rivière clapoter le long du bordage, et, de temps en temps, le sifflet du chemin de fer
déchirant la nuit.

La mère Louveau éclata en sanglots:

«Dieu aie pitié de nous, François, je le garde!»

CHAPITRE IV. LA VIE EST RUDE.

Victor touchait à ses quinze ans.

Il avait poussé tout d'un coup, le petit pâlot, devenant un fort gars aux épaules larges, aux gestes tranquilles.

Depuis le temps qu'il naviguait sur la Belle-Nivernaise, il commençait à connaître son chemin
comme un vieux marinier, nommant les bas-fonds, flairant les hauteurs d'eau, passant des manoeuvres de la

perche à celles du gouvernail.

Il portait la ceinture rouge et la vareuse bouffante autour des reins.

Quand le père Louveau lui abandonnait la barre, Clara, qui se faisait grande fille, venait tricoter à côté de
lui, éprise de sa figure calme et de ses mouvements robustes.

Cette fois-là, la route de Corbigny à Paris avait été rude.

Grossie par les pluies d'automne, la Seine avait fait tomber les barrages, et se ruait vers la mer comme une
bête échappée.

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.