bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - L'Immortel

pendant que Mme Astier assise au bord d'un fauteuil, en déshabillé de nuit, une dentelle sur la tête, le
regardait faire et murmurait dans une bâillée placide et ironique:

«Voyons, Léonard.... Léonard....»

X

«...Pour moi, les êtres comme les choses ont un sens, un endroit par où les prendre, si on veut, bien les
manier, les tenir solidement.... Cet endroit, je le connais et c'est ma force, voilà!... Cocher, à la

Tête-Noire....»

Sur l'ordre de Paul Astier, le landau découvert où Freydet, Védrine et lui dressaient leurs trois
«haute-forme» d'un noir d'enterrement dans la rayonnante après-midi de campagne, vint se ranger à

droite du pont de Saint-Cloud, devant l'hôtel désigné, et chaque tressaut de la solide voiture de louage sur

le cailloutis de la place laissait voir un significatif et long fourreau de serge verte débordant de la capote

rabattue. Pour sa rencontre avec d'Athis, Paul avait choisi comme témoins, d'abord le vicomte de Freydet,

indiqué par le titre et la particule, puis le comte Adriani; mais la nonciature s'inquiétant de ce nouveau

scandale après celui de la barrette, il avait dû remplacer le jeune Pepino par le sculpteur qui, peut-être au

dernier moment, consentirait à s'avouer marquis sur le procès-verbal des journaux. Du reste, rien de

sérieux, en apparence: une altercation au cercle, à la table de jeu où le prince était venu s'asseoir une

dernière fois avant de quitter Paris. Les choses inarrangeables, surtout par la difficulté de mettre les

pouces avec un gaillard comme Paul Astier, très coté dans les salles d'armes et dont les cartons

s'encadraient en vitrine au tir de l'avenue d'Antin.

Pendant que la voiture stationnait à la terrasse du restaurant sous les regards entendus et discrets des
garçons, on vit débouler d'une ruelle en pente un gros court, guêtres blanches, cravate blanche, chapeau

de soie et grâces frétillantes de médecin de ville d'eaux, qui, de loin, faisait des signes avec son ombrelle.

«Voila Gomès....» dit Paul, Docteur Gomès, ancien interne des hôpitaux de Paris, perdu par le jeu et un

vieux collage; «mon oncle» pour les filles, bas condottière, pas méchant mais prêt à tout et s'étant fait une

spécialité de ces sortes d'expéditions: deux louis et le déjeuner. Pour le moment en villégiature chez

Cloclo, à Ville-d'Avray, il arrivait tout essoufflé au rendez-vous, un sac de nuit à la main contenant sa

trousse, sa pharmacie, des bandes, des attelles, de quoi monter une ambulance.

«Piqûre, ou blessure? fit-il assis dans le landau en face de Paul.

- Piqûre ... piqûre ... docteur.... Des épées de l'Institut.... L'Académie française contre les Sciences
morales et politiques....»

Gomès sourit, calant son sac entre ses jambes:

«Je ne savais pas ... j'ai pris le grand jeu!

- Faudra le déballer, ça impressionnera l'ennemi....» prononça Védrine de son air tranquille. Le docteur
cligna de l'oeil, troublé par ces deux visages de témoins inconnus au boulevard et que Paul Astier, qui le

traitait en domestique, ne daignait même pas lui présenter.

Comme le landau s'ébranlait, la fenêtre d'un «cabinet de société» s'ouvrit au premier étage devant un
couple qui apparut curieusement: une longue fille frêle aux yeux d'un bleu de lin, en corset, les bras nus,

la serviette du déjeuner cachant mal la gorge et les épaules. Près d'elle un avorton barbu, un nain de la

foire dont on ne voyait que la tête pommadée surmontant à peine la barre d'appui, et le bras

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.