bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - L'Immortel

effet..., en effet....» Mais ses gros yeux de pédagogue ne savaient rien voir que dans les livres, sans
notion directe ni émue des choses de la vie. Même, à sa façon d'enlever Freydet, de lui dire en

l'entraînant: «Accompagnez-moi donc jusqu'à l'Institut,» on sentait que le maître désapprouvait ces

musarderies de la rue, voulait qu'on fût plus sérieux que cela. Et doucement appuyé au bras du disciple

préféré, il lui contait sa joie, son ravissement, la miraculeuse trouvaille qu'il venait de faire: une lettre de

la grande Catherine à Diderot sur l'Académie, et cela, juste à l'approche de son compliment au grand-duc.

Il comptait la lire en séance, cette merveille des merveilles, peut-être même offrir à Son Altesse, au nom

de la Compagnie, l'autographe de son aïeule. Le baron Huchenard en crèverait de male envie.

«À propos, vous savez, mes Charles-Quint?... Calomnie, pure calomnie.... J'ai là de quoi le confondre, ce
Zoïle!» De sa grosse main courte, il frappait sur le maroquin d'une lourde serviette et, dans l'expansion de

sa joie, voulant que Freydet fut heureux aussi, il le ramenait à leur conversation de la veille, à sa

candidature au premier fauteuil vacant. Ce serait si charmant, le maître et l'élève, assis tous deux côte à

côte sous la coupole! «Et vous verrez que c'est bon, comme on est bien ... on ne peut se le figurer avant

d'y être.» À l'entendre, il semblait qu'une fois là, ce fût fini des tristesses, des misères de la vie. Elles

battaient le seuil sans entrer. On planait très haut, dans la paix, dans la lumière, au-dessus de l'envie, de la

critique, consacré. Tout! on avait tout, on ne désirait plus rien.... Ah! l'Académie, l'Académie, ses

détracteurs en parlaient sans la connaître, ou par rage jalouse de n'y pouvoir entrer, les babouins!...

Sa forte voix sonnait, faisait retourner le monde tout le long du quai. Quelques-uns le reconnaissaient,
prononçaient le nom d'Astier-Réhu. Sur le pas de leurs boutiques, les libraires, les marchands de

curiosités et d'estampes, habitués à le voir passer à des heures régulières, saluaient d'un respectueux

mouvement de retraite.

«Freydet, regardez ça!...» Le maître lui montrait la palais Mazarin devant lequel ils arrivaient.... «Le
voilà, mon Institut, le voilà comme il m'apparaissait dès mon plus jeune âge, en écusson sur la couverture

des Didot. Dès lors, je m'étais dit: «J'y entrerai....» et j'y suis entré.... À votre tour de vouloir, cher enfant

... à bientôt....»

Il franchit d'un pas alerte le portail à gauche du corps principal, s'élança dans une suite de grandes cours
pavées, majestueuses, pleines de silence, où son ombre s'allongeait.

Il avait disparu que Freydet regardait encore, repris, immobile, et sur sa bonne figure hâlée et pleine,
dans ses yeux globuleux et doux, il y avait la même expression qu'aux mufles d'hommes-chiens, là-bas,

devant la caserne, attendant la soupe. Désormais, en regardant l'Institut, sa figure prendrait toujours cette

expression-là.

V

Ce soir, dîner de gala, puis réception intime à l'hôtel Padovani. Le grand-duc Léopold reçoit à la table de
«sa parfaite amie,» comme il appelle la duchesse, quelques membres triés des différentes sections de

l'Institut, et rend ainsi aux cinq Académies la politesse de leur accueil, les coups d'encensoir de leur

directeur. Comme toujours, chez l'ancienne ambassadrice, le monde diplomatique est avantageusement

représenté, mais l'Institut prime tout, et la place même des convives précise l'intention du dîner. Le

grand-duc, assis en face de la maîtresse de maison, a Madame Astier à sa droite, à sa gauche la comtesse

de Foder, femme du premier secrétaire de l'ambassade finlandaise, faisant fonction d'ambassadeur. La

droite de la duchesse est occupée par Léonard Astier, la gauche par Monseigneur Adriani, nonce du

Pape; puis suivent et s'alternent le baron Huchenard pour les Inscriptions et Belles-Lettres, Mourad-Bey

ambassadeur de Turquie, le chimiste Delpech de l'Académie des Sciences, le ministre de Belgique, le

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.