bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Vingt ans après

- À la bonne heure! dit Planchet en descendant de son cheval et en tendant à son tour les bras à
Mousqueton: ce n'est pas comme cette canaille de Bazin, qui m'a laissé deux heures sous un hangar sans

même faire semblant de me reconnaître.

Et Planchet et Mousqueton s'embrassèrent avec une effusion qui toucha fort les assistants et qui leur fit
croire que Planchet était quelque seigneur déguisé, tant ils appréciaient à sa plus haute valeur la position

de Mousqueton.

- Et maintenant, monsieur, dit Mousqueton lorsqu'il se fut débarrassé de l'étreinte de Planchet, qui avait
inutilement essayé de joindre ses mains derrière le dos de son ami; et maintenant, monsieur,

permettez-moi de vous quitter, car je ne veux pas que mon maître apprenne la nouvelle de votre arrivée

par d'autres que par moi; il ne me pardonnerait pas de m'être laissé devancer.

- Ce cher ami, dit d'Artagnan, évitant de donner à Porthos ni son ancien ni son nouveau nom, il ne m'a
donc pas oublié!

- Oublié! lui! s'écria Mousqueton, c'est-à-dire, monsieur, qu'il n'y a pas de jour que nous ne nous
attendions à apprendre que vous étiez nommé maréchal, ou en place de M. de Gassion, ou en place de M.

de Bassompierre.

D'Artagnan laissa errer sur ses lèvres un de ces rares sourires mélancoliques qui avaient survécu dans le
plus profond de son coeur au désenchantement de ses jeunes années.

- Et vous, manants, continua Mousqueton, demeurez près de M. le comte d'Artagnan, et faites-lui
honneur de votre mieux, tandis que je vais prévenir monseigneur de son arrivée.

Et remontant, aidé de deux âmes charitables, sur son robuste cheval, tandis que Planchet, plus ingambe,
remontait tout seul sur le sien, Mousqueton prit sur le gazon de l'avenue un petit galop qui témoignait

encore plus en faveur des reins que des jambes du quadrupède.

- Ah çà! mais voilà qui s'annonce bien! dit d'Artagnan; pas de mystère, pas de manteau, pas de politique
par ici; on rit à gorge déployée, on pleure de joie, je ne vois que des visages larges d'une aune; en vérité,

il me semble que la nature elle-même est en fête, que les arbres, au lieu de feuilles et de fleurs, sont

couverts de petits rubans verts et roses.

- Et moi, dit Planchet, il me semble que je sens d'ici la plus délectable odeur de rôti, que je vois des
marmitons se ranger en haie pour nous voir passer. Ah, monsieur! quel cuisinier doit avoir M. de

Pierrefonds, lui qui aimait déjà tant et si bien manger quand il ne s'appelait encore que M. Porthos!

- Halte-là! dit d'Artagnan: tu me fais peur. Si la réalité répond aux apparences, je suis perdu. Un homme
si heureux ne sortira jamais de son bonheur, et je vais échouer près de lui comme j'ai échoué près

d'Aramis.

XIII. Comment d'Artagnan s'aperçut, en retrouvant Porthos, que la fortune ne fait pas le
bonheur

D'Artagnan franchit la grille et se trouva en face du château; il mettait pied à terre quand une sorte de
géant apparut sur le perron. Rendons cette justice à d'Artagnan, qu'à part tout sentiment d'égoïsme le

coeur lui battit avec joie à l'aspect de cette haute taille et de cette figure martiale qui lui rappelaient un

homme brave et bon.

< page précédente | 83 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.