bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Vingt ans après

- Ah, Monseigneur! ce n'est pas toujours chose facile, que de faire dire aux gens ce qu'ils ne veulent pas
dire.

- Bah! avec de la patience on y arrive. Eh bien! cet homme c'est...

- C'est le comte de Rochefort.

- Le comte de Rochefort!

- Malheureusement il a disparu depuis tantôt quatre ou cinq ans et je ne sais ce qu'il est devenu.

- Je le sais, moi, Guitaut, dit Mazarin.

- Alors, de quoi se plaignait donc tout à l'heure Votre Éminence, de ne rien savoir?

- Et, dit Mazarin, vous croyez que Rochefort...

- C'était l'âme damnée du cardinal, Monseigneur; mais, je vous en préviens, cela vous coûtera cher; le
cardinal était prodigue avec ses créatures.

- Oui, oui, Guitaut, dit Mazarin, c'était un grand homme, mais il avait ce défaut-là. Merci, Guitaut, je
ferai mon profit de votre conseil, et cela ce soir même.

Et comme en ce moment les deux interlocuteurs étaient arrivés à la cour du Palais-Royal, le cardinal
salua Guitaut d'un signe de la main; et apercevant un officier qui se promenait de long en large, il

s'approcha de lui.

C'était d'Artagnan qui attendait le retour du cardinal, comme celui-ci en avait donné l'ordre.

- Venez, monsieur d'Artagnan, dit Mazarin de sa voix la plus flûtée, j'ai un ordre à vous donner.

D'Artagnan s'inclina, suivit le cardinal par l'escalier secret, et, un instant après, se retrouva dans le
cabinet d'où il était parti. Le cardinal s'assit devant son bureau et prit une feuille de papier sur laquelle il

écrivit quelques lignes.

D'Artagnan, debout, impassible, attendit sans impatience comme sans curiosité: il était devenu un
automate militaire, agissant, ou plutôt obéissant par ressort.

Le cardinal plia la lettre et y mit son cachet.

- Monsieur d'Artagnan, dit-il, vous allez porter cette dépêche à la Bastille, et ramener la personne qui en
est l'objet; vous prendrez un carrosse, une escorte et vous garderez soigneusement le prisonnier.

D'Artagnan prit la lettre, porta la main à son feutre, pivota sur ses talons, comme eût pu le faire le plus
habile sergent instructeur, sortit, et, un instant après, on l'entendit commander de sa voix brève et

monotone:

- Quatre hommes d'escorte, un carrosse, mon cheval.

Cinq minutes après, on entendait les roues de la voiture et les fers des chevaux retentir sur le pavé de la
cour.

III. Deux anciens ennemis

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.