bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Vingt ans après

pourrait me recommander peut-être à M. le Prince.

- Oui, je comprends, il va bien à un jeune soldat comme vous de servir sous un général comme lui; mais
voyons, attendez... personnellement je suis assez mal avec lui, à cause des querelles de madame de

Montbazon, ma belle-mère, avec madame de Longueville; mais par le prince de Marcillac... Eh!

vraiment, tenez, comte, c'est cela! M. le prince de Marcillac est un ancien ami à moi; il recommandera

notre jeune ami à madame de Longueville, laquelle lui donnera une lettre pour son frère, M. le Prince,

qui l'aime trop tendrement pour ne pas faire à l'instant même pour lui tout ce qu'elle lui demandera.

- Eh bien! voilà qui va à merveille, dit le comte. Seulement, oserai-je maintenant vous recommander la
plus grande diligence? J'ai des raisons pour désirer que le vicomte ne soit plus demain soir à Paris.

- Désirez-vous que l'on sache que vous vous intéressez à lui, monsieur le comte?

- Mieux vaudrait peut-être pour son avenir que l'on ignorât qu'il m'ait jamais connu.

- Oh! monsieur! s'écria le jeune homme.

- Vous savez, Bragelonne, dit le comte, que je ne fais jamais rien sans raison.

- Oui, monsieur, répondit le jeune homme, je sais que la suprême sagesse est en vous, et je vous obéirai
comme j'ai l'habitude de le faire.

- Eh bien! comte, laissez-le-moi, dit la duchesse; je vais envoyer chercher le prince de Marcillac, qui par
bonheur est à Paris en ce moment, et je ne le quitterai pas que l'affaire ne soit terminée.

- C'est bien, madame la duchesse, mille grâces. J'ai moi-même plusieurs courses à faire aujourd'hui, et à
mon retour, c'est-à- dire vers les six heures du soir, j'attendrai le vicomte à l'hôtel.

- Que faites-vous, ce soir?

- Nous allons chez l'abbé Scarron, pour lequel j'ai une lettre, et chez qui je dois rencontrer un de mes
amis.

- C'est bien, dit la duchesse de Chevreuse, j'y passerai moi-même un instant, ne quittez donc pas ce salon
que vous ne m'ayez vue.

Athos salua madame de Chevreuse et s'apprêta à sortir.

- Eh bien, monsieur le comte, dit en riant la duchesse, quitte-t- on si sérieusement ses anciens amis?

- Ah! murmura Athos en lui baisant la main, si j'avais su plus tôt que Marie Michon fût une si charmante
créature!...

Et il se retira en soupirant.

XXIII. L'abbé Scarron

Il y avait, rue des Tournelles, un logis que connaissaient tous les porteurs de chaises et tous les laquais de
Paris, et cependant ce logis n'était ni celui d'un grand seigneur ni celui d'un financier. On n'y mangeait

pas, on n'y jouait jamais, on n'y dansait guère.

Cependant, c'était le rendez-vous du beau monde, et tout Paris y allait.

< page précédente | 157 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.