bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Vingt ans après

Cette ruse donna au duc une haute idée de l'intellect de Grimaud, auquel il résolut de se fier entièrement.

XXI. Ce que contenaient les pâtés du successeur du père Marteau

Une demi-heure après, La Ramée rentra gai et allègre comme un homme qui a bien mangé, et qui surtout
a bien bu. Il avait trouvé les pâtés excellents et le vin délicieux.

Le temps était beau et permettait la partie projetée. Le jeu de paume de Vincennes était un jeu de longue
paume, c'est-à-dire en plein air; rien n'était donc plus facile au duc que de faire ce que lui avait

recommandé Grimaud, c'est-à-dire d'envoyer les balles dans les fossés.

Cependant, tant que deux heures ne furent pas sonnées, le duc ne fut pas trop maladroit, car deux heures
étaient l'heure dite. Il n'en perdit pas moins les parties engagées jusque-là, ce qui lui permit de se mettre

en colère et de faire ce qu'on fait en pareil cas, faute sur faute.

Aussi, à deux heures sonnant, les balles commencèrent-elles à prendre le chemin des fossés, à la grande
joie de La Ramée qui marquait quinze à chaque dehors que faisait le prince.

Les dehors se multiplièrent tellement que bientôt on manqua de balles. La Ramée proposa alors
d'envoyer quelqu'un pour les ramasser dans le fossé. Mais le duc fit observer très judicieusement que

c'était du temps perdu, et s'approchant du rempart qui à cet endroit, comme l'avait dit l'exempt, avait au

moins cinquante pieds de haut, il aperçut un homme qui travaillait dans un des mille petits jardins que

défrichent les paysans sur le revers du fossé.

- Eh! l'ami? cria le duc.

L'homme leva la tête, et le duc fut prêt à pousser un cri de surprise. Cet homme, ce paysan, ce jardinier,
c'était Rochefort, que le prince croyait à la Bastille.

- Eh bien, qu'y a-t-il là-haut? demanda l'homme.

- Ayez l'obligeance de nous rejeter nos balles, dit le duc.

Le jardinier fit un signe de la tête, et se mit à jeter les balles, que ramassèrent La Ramée et les gardes.
Une d'elles tomba aux pieds du duc, et comme celle-là lui était visiblement destinée, il la mit dans sa

poche.

Puis, ayant fait au jardinier un signe de remerciement, il retourna à sa partie.

Mais décidément le duc était dans son mauvais jour, les balles continuèrent à battre la campagne: au lieu
de se maintenir dans les limites du jeu, deux ou trois retournèrent dans le fossé; mais comme le jardinier

n'était plus là pour les renvoyer, elles furent perdues, puis le duc déclara qu'il avait honte de tant de

maladresse et qu'il ne voulait pas continuer.

La Ramée était enchanté d'avoir si complètement battu un prince du sang.

Le prince rentra chez lui et se coucha; c'était ce qu'il faisait presque toute la journée depuis qu'on lui avait
enlevé ses livres.

La Ramée prit les habits du prince, sous prétexte qu'ils étaient couverts de poussière, et qu'il allait les
faire brosser, mais, en réalité, pour être sûr que le prince ne bougerait pas. C'était un homme de

précaution que La Ramée.

< page précédente | 139 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.