bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Vingt ans après

M. de Chavigny, se retournant vers la porte:

- Holà! La Ramée, criait-il.

La Ramée entrait.

- La Ramée, continuait M. de Chavigny, je vous recommande tout particulièrement M. de Beaufort:
traitez-le avec tous les égards dus à son nom et à son rang, et à cet effet ne le perdez pas un instant de

vue.

Puis il se retirait en saluant M. de Beaufort avec une politesse ironique qui mettait celui-ci dans des
colères bleues.

La Ramée était donc devenu le commensal obligé du prince, son gardien éternel, l'ombre de son corps;
mais, il faut le dire, la compagnie de La Ramée, joyeux vivant, franc convive, buveur reconnu, grand

joueur de paume, bon diable au fond, et n'ayant pour M. de Beaufort qu'un défaut, celui d'être

incorruptible, était devenu pour le prince plutôt une distraction qu'une fatigue.

Malheureusement il n'en était point de même pour maître La Ramée, et quoiqu'il estimât à un certain prix
l'honneur d'être enfermé avec un prisonnier de si haute importance, le plaisir de vivre dans la familiarité

du petit-fils d'Henri IV ne compensait pas celui qu'il eût éprouvé à aller faire de temps en temps visite à

sa famille.

On peut être excellent exempt du roi, en même temps que bon père et bon époux. Or maître La Ramée
adorait sa femme et ses enfants, qu'il ne faisait plus qu'entrevoir du haut de la muraille, lorsque pour lui

donner cette consolation paternelle et conjugale ils se venaient promener de l'autre côté des fossés;

décidément c'était trop peu pour lui, et La Ramée sentait que sa joyeuse humeur, qu'il avait considérée

comme la cause de sa bonne santé, sans calculer qu'au contraire elle n'en était probablement que le

résultat, ne tiendrait pas longtemps à un pareil régime. Cette conviction ne fit que croître dans son esprit,

lorsque, peu à peu, les relations de M. de Beaufort et de M. de Chavigny s'étant aigries de plus en plus,

ils cessèrent tout à fait de se voir. La Ramée sentit alors la responsabilité peser plus forte sur sa tête, et

comme justement, par ces raisons que nous venons d'expliquer, il cherchait du soulagement, il accueillit

très chaudement l'ouverture que lui avait faite son ami, l'intendant du maréchal de Grammont, de lui

donner un acolyte: il en avait aussitôt parlé à M. de Chavigny, lequel avait répondu qu'il ne s'y opposait

en aucune manière, à la condition toutefois que le sujet lui convînt.

Nous regardons comme parfaitement inutile de faire à nos lecteurs le portrait physique et moral de
Grimaud: si, comme nous l'espérons, ils n'ont pas tout à fait oublié la première partie de cet ouvrage, ils

doivent avoir conservé un souvenir assez net de cet estimable personnage, chez lequel il ne s'était fait

d'autre changement que d'avoir pris vingt ans de plus: acquisition qui n'avait fait que le rendre plus

taciturne et plus silencieux, quoique, depuis le changement qui s'était opéré en lui, Athos lui eût rendu

toute permission de parler.

Mais à cette époque il y avait déjà douze ou quinze ans que Grimaud se taisait, et une habitude de douze
ou quinze ans est devenue une seconde nature.

XX. Grimaud entre en fonctions

Grimaud se présenta donc avec ses dehors favorables au donjon de Vincennes. M. de Chavigny se piquait
d'avoir l'oeil infaillible; ce qui pourrait faire croire qu'il était véritablement le fils du cardinal de

< page précédente | 128 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.