bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

abandonna le jeu du roi, ce qui n'empêchait pas le roi de lui faire la plus charmante mine du monde, et
toutes les fois qu'il le rencontrait de lui demander de sa voix la plus caressante:

«Eh bien, monsieur le cardinal, comment vont ce pauvre Bernajoux et ce pauvre Jussac, qui sont à
vous?»

CHAPITRE VII. L'INTÉRIEUR DES MOUSQUETAIRES

Lorsque d'Artagnan fut hors du Louvre, et qu'il consulta ses amis sur l'emploi qu'il devait faire de sa part
des quarante pistoles, Athos lui conseilla de commander un bon repas à la Pomme de Pin, Porthos de

prendre un laquais, et Aramis de se faire une maîtresse convenable.

Le repas fut exécuté le jour même, et le laquais y servit à table. Le repas avait été commandé par Athos,
et le laquais fourni par Porthos. C'était un Picard que le glorieux mousquetaire avait embauché le jour

même et à cette occasion sur le pont de la Tournelle, pendant qu'il faisait des ronds en crachant dans

l'eau.

Porthos avait prétendu que cette occupation était la preuve d'une organisation réfléchie et contemplative,
et il l'avait emmené sans autre recommandation. La grande mine de ce gentilhomme, pour le compte

duquel il se crut engagé, avait séduit Planchet - c'était le nom du Picard - ; il y eut chez lui un léger

désappointement lorsqu'il vit que la place était déjà prise par un confrère nommé Mousqueton, et lorsque

Porthos lui eut signifié que son état de maison, quoi que grand, ne comportait pas deux domestiques, et

qu'il lui fallait entrer au service de d'Artagnan. Cependant, lorsqu'il assista au dîner que donnait son

maître et qu'il vit celui-ci tirer en payant une poignée d'or de sa poche, il crut sa fortune faite et remercia

le Ciel d'être tombé en la possession d'un pareil Crésus; il persévéra dans cette opinion jusqu'après le

festin, des reliefs duquel il répara de longues abstinences. Mais en faisant, le soir, le lit de son maître, les

chimères de Planchet s'évanouirent. Le lit était le seul de l'appartement, qui se composait d'une

antichambre et d'une chambre à coucher. Planchet coucha dans l'antichambre sur une couverture tirée du

lit de d'Artagnan, et dont d'Artagnan se passa depuis.

Athos, de son côté, avait un valet qu'il avait dressé à son service d'une façon toute particulière, et que l'on
appelait Grimaud. Il était fort silencieux, ce digne seigneur. Nous parlons d'Athos, bien entendu. Depuis

cinq ou six ans qu'il vivait dans la plus profonde intimité avec ses compagnons Porthos et Aramis,

ceux-ci se rappelaient l'avoir vu sourire souvent, mais jamais ils ne l'avaient entendu rire. Ses paroles

étaient brèves et expressives, disant toujours ce qu'elles voulaient dire, rien de plus: pas d'enjolivements,

pas de broderies, pas d'arabesques. Sa conversation était un fait sans aucun épisode.

Quoique Athos eût à peine trente ans et fût d'une grande beauté de corps et d'esprit, personne ne lui
connaissait de maîtresse. Jamais il ne parlait de femmes. Seulement il n'empêchait pas qu'on en parlât

devant lui, quoiqu'il fût facile de voir que ce genre de conversation, auquel il ne se mêlait que par des

mots amers et des aperçus misanthropiques, lui était parfaitement désagréable. Sa réserve, sa sauvagerie

et son mutisme en faisaient presque un vieillard; il avait donc, pour ne point déroger à ses habitudes,

habitué Grimaud à lui obéir sur un simple geste ou sur un simple mouvement des lèvres. Il ne lui parlait

que dans des circonstances suprêmes.

Quelquefois Grimaud, qui craignait son maître comme le feu, tout en ayant pour sa personne un grand
attachement et pour son génie une grande vénération, croyait avoir parfaitement compris ce qu'il désirait,

s'élançait pour exécuter l'ordre reçu, et faisait précisément le contraire. Alors Athos haussait les épaules

et, sans se mettre en colère, rossait Grimaud. Ces jours-là, il parlait un peu.

< page précédente | 54 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.