bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

En attendant, comme le parrain est un second père, nous invitons le lecteur à s'en prendre à nous, et non
au comte de La Fère, de son plaisir ou de son ennui.

Cela posé, passons à notre histoire.

CHAPITRE PREMIER. LES TROIS PRÉSENTS DE M. D'ARTAGNAN PÈRE

Le premier lundi du mois d'avril 1625, le bourg de Meung, où naquit l'auteur du Roman de la Rose,
semblait être dans une révolution aussi entière que si les huguenots en fussent venus faire une seconde

Rochelle. Plusieurs bourgeois, voyant s'enfuir les femmes du côté de la Grande-Rue, entendant les

enfants crier sur le seuil des portes, se hâtaient d'endosser la cuirasse et, appuyant leur contenance

quelque peu incertaine d'un mousquet ou d'une pertuisane, se dirigeaient vers l'hôtellerie du Franc

Meunier, devant laquelle s'empressait, en grossissant de minute en minute, un groupe compact, bruyant et

plein de curiosité.

En ce temps-là les paniques étaient fréquentes, et peu de jours se passaient sans qu'une ville ou l'autre
enregistrât sur ses archives quelque événement de ce genre. Il y avait les seigneurs qui guerroyaient entre

eux; il y avait le roi qui faisait la guerre au cardinal; il y avait l'Espagnol qui faisait la guerre au roi. Puis,

outre ces guerres sourdes ou publiques, secrètes ou patentes, il y avait encore les voleurs, les mendiants,

les huguenots, les loups et les laquais, qui faisaient la guerre à tout le monde. Les bourgeois s'armaient

toujours contre les voleurs, contre les loups, contre les laquais, - souvent contre les seigneurs et les

huguenots, - quelquefois contre le roi, -

mais jamais contre le cardinal et l'Espagnol. Il résulta donc de cette habitude prise, que, ce susdit

premier lundi du mois d'avril 1625, les bourgeois, entendant du bruit, et ne voyant ni le guidon jaune et

rouge, ni la livrée du duc de Richelieu, se précipitèrent du côté de l'hôtel du Franc Meunier.

Arrivé là, chacun put voir et reconnaître la cause de cette rumeur.

Un jeune homme... - traçons son portrait d'un seul trait de plume: figurez-vous don Quichotte à dix-huit
ans, don Quichotte décorcelé, sans haubert et sans cuissards, don Quichotte revêtu d'un pourpoint de

laine dont la couleur bleue s'était transformée en une nuance insaisissable de lie-de-vin et d'azur céleste.

Visage long et brun; la pommette des joues saillante, signe d'astuce; les muscles maxillaires énormément

développés, indice infaillible auquel on reconnaît le Gascon, même sans béret, et notre jeune homme

portait un béret orné d'une espèce de plume; l'oeil ouvert et intelligent; le nez crochu, mais finement

dessiné; trop grand pour un adolescent, trop petit pour un homme fait, et qu'un oeil peu exercé eût pris

pour un fils de fermier en voyage, sans sa longue épée qui, pendue à un baudrier de peau, battait les

mollets de son propriétaire quand il était à pied, et le poil hérissé de sa monture quand il était à cheval.

Car notre jeune homme avait une monture, et cette monture était même si remarquable, qu'elle fut
remarquée: c'était un bidet du Béarn, âgé de douze ou quatorze ans, jaune de robe, sans crins à la queue,

mais non pas sans javarts aux jambes, et qui, tout en marchant la tête plus bas que les genoux, ce qui

rendait inutile l'application de la martingale, faisait encore également ses huit lieues par jour.

Malheureusement les qualités de ce cheval étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure

incongrue, que dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l'apparition du susdit bidet à

Meung, où il était entré il y avait un quart d'heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une

sensation dont la défaveur rejaillit jusqu'à son cavalier.

Et cette sensation avait été d'autant plus pénible au jeune d'Artagnan (ainsi s'appelait le don Quichotte de
cette autre Rossinante), qu'il ne se cachait pas le côté ridicule que lui donnait, si bon cavalier qu'il fût,

< page précédente | 4 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.