bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

- La prudence, monsieur, est une vertu assez inutile aux mousquetaires, je le sais, mais indispensable aux
gens d'Église, et comme je ne suis mousquetaire que provisoirement, je tiens à rester prudent. À deux

heures, j'aurai l'honneur de vous attendre à l'hôtel de M. de Tréville. Là je vous indiquerai les bons

endroits.»

Les deux jeunes gens se saluèrent, puis Aramis s'éloigna en remontant la rue qui remontait au
Luxembourg, tandis que d'Artagnan, voyant que l'heure s'avançait, prenait le chemin des

Carmes-Deschaux, tout en disant à part soi:

«Décidément, je n'en puis pas revenir; mais au moins, si je suis tué, je serai tué par un mousquetaire.»

CHAPITRE V. LES MOUSQUETAIRES DU ROI ET LES GARDES DE M. LE CARDINAL

D'Artagnan ne connaissait personne à Paris. Il alla donc au rendez-vous d'Athos sans amener de second,
résolu de se contenter de ceux qu'aurait choisis son adversaire. D'ailleurs son intention était formelle de

faire au brave mousquetaire toutes les excuses convenables, mais sans faiblesse, craignant qu'il ne

résultât de ce duel ce qui résulte toujours de fâcheux, dans une affaire de ce genre, quand un homme

jeune et vigoureux se bat contre un adversaire blessé et affaibli: vaincu, il double le triomphe de son

antagoniste; vainqueur, il est accusé de forfaiture et de facile audace.

Au reste, ou nous avons mal exposé le caractère de notre chercheur d'aventures, ou notre lecteur a déjà dû
remarquer que d'Artagnan n'était point un homme ordinaire. Aussi, tout en se répétant à lui-même que sa

mort était inévitable, il ne se résigna point à mourir tout doucettement, comme un autre moins courageux

et moins modéré que lui eût fait à sa place. Il réfléchit aux différents caractères de ceux avec lesquels il

allait se battre, et commença à voir plus clair dans sa situation. Il espérait, grâce aux excuses loyales qu'il

lui réservait, se faire un ami d'Athos, dont l'air grand seigneur et la mine austère lui agréaient fort. Il se

flattait de faire peur à Porthos avec l'aventure du baudrier, qu'il pouvait, s'il n'était pas tué sur le coup,

raconter à tout le monde, récit qui, poussé adroitement à l'effet, devait couvrir Porthos de ridicule; enfin,

quant au sournois Aramis, il n'en avait pas très grand-peur, et en supposant qu'il arrivât jusqu'à lui, il se

chargeait de l'expédier bel et bien, ou du moins en le frappant au visage, comme César avait recommandé

de faire aux soldats de Pompée, d'endommager à tout jamais cette beauté dont il était si fier.

Ensuite il y avait chez d'Artagnan ce fonds inébranlable de résolution qu'avaient déposé dans son coeur
les conseils de son père, conseils dont la substance était: «Ne rien souffrir de personne que du roi, du

cardinal et de M. de Tréville.» Il vola donc plutôt qu'il ne marcha vers le couvent des Carmes

Déchaussés, ou plutôt Deschaux, comme on disait à cette époque, sorte de bâtiment sans fenêtres, bordé

de prés arides, succursale du Pré- aux-Clercs, et qui servait d'ordinaire aux rencontres des gens qui

n'avaient pas de temps à perdre.

Lorsque d'Artagnan arriva en vue du petit terrain vague qui s'étendait au pied de ce monastère, Athos
attendait depuis cinq minutes seulement, et midi sonnait. Il était donc ponctuel comme la Samaritaine, et

le plus rigoureux casuiste à l'égard des duels n'avait rien a dire.

Athos, qui souffrait toujours cruellement de sa blessure, quoiqu'elle eût été pansée à neuf par le
chirurgien de M. de Tréville, s'était assis sur une borne et attendait son adversaire avec cette contenance

paisible et cet air digne qui ne l'abandonnaient jamais. À l'aspect de d'Artagnan, il se leva et fit poliment

quelques pas au-devant de lui. Celui-ci, de son côté, n'aborda son adversaire que le chapeau à la main et

sa plume traînant jusqu'à terre.

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.