bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

une nouvelle offense.

«Celui que vous avez rendu le plus heureux des hommes.

«Comte DE WARDES.»

Ce billet était d'abord un faux, c'était ensuite une indélicatesse; c'était même, au point de vue de nos
moeurs actuelles, quelque chose comme une infamie; mais on se ménageait moins à cette époque qu'on

ne le fait aujourd'hui. D'ailleurs d'Artagnan, par ses propres aveux, savait Milady coupable de trahison à

des chefs plus importants, et il n'avait pour elle qu'une estime fort mince. Et cependant malgré ce peu

d'estime, il sentait qu'une passion insensée le brûlait pour cette femme. Passion ivre de mépris, mais

passion ou soif, comme on voudra.

L'intention de d'Artagnan était bien simple: par la chambre de Ketty il arrivait à celle de sa maîtresse; il
profitait du premier moment de surprise, de honte, de terreur pour triompher d'elle; peut-être aussi

échouerait-il, mais il fallait bien donner quelque chose au hasard. Dans huit jours la campagne s'ouvrait,

et il fallait partir; d'Artagnan n'avait pas le temps de filer le parfait amour.

«Tiens, dit le jeune homme en remettant à Ketty le billet tout cacheté, donne cette lettre à Milady; c'est la
réponse de M. de Wardes.»

La pauvre Ketty devint pâle comme la mort, elle se doutait de ce que contenait le billet.

«Écoute, ma chère enfant, lui dit d'Artagnan, tu comprends qu'il faut que tout cela finisse d'une façon ou
de l'autre; Milady peut découvrir que tu as remis le premier billet à mon valet, au lieu de le remettre au

valet du comte; que c'est moi qui ai décacheté les autres qui devaient être décachetés par M. de Wardes;

alors Milady te chasse, et, tu la connais, ce n'est pas une femme à borner là sa vengeance.

- Hélas! dit Ketty, pour qui me suis-je exposée à tout cela?

- Pour moi, je le sais bien, ma toute belle, dit le jeune homme, aussi je t'en suis bien reconnaissant, je te
le jure.

- Mais enfin, que contient votre billet?

- Milady te le dira.

- Ah! vous ne m'aimez pas! s'écria Ketty, et je suis bien malheureuse!»

À ce reproche il y a une réponse à laquelle les femmes se trompent toujours; d'Artagnan répondit de
manière que Ketty demeurât dans la plus grande erreur.

Cependant elle pleura beaucoup avant de se décider à remettre cette lettre à Milady, mais enfin elle se
décida, c'est tout ce que voulait d'Artagnan.

D'ailleurs il lui promit que le soir il sortirait de bonne heure de chez sa maîtresse, et qu'en sortant de chez
sa maîtresse il monterait chez elle.

Cette promesse acheva de consoler la pauvre Ketty.

CHAPITRE XXXIV. OÙ IL EST TRAITÉ DE L'ÉQUIPEMENT D'ARAMIS ET DE
PORTHOS

< page précédente | 268 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.