bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

choisirez la meilleure; il y en a une surtout qu'il affectionnait dans ses voyages, et qui est grande à tenir
un monde.

- Elle est donc vide, votre valise? demanda naïvement Porthos.

- Assurément qu'elle est vide, répondit naïvement de son côté la procureuse.

- Ah! mais la valise dont j'ai besoin est une valise bien garnie, ma chère.»

Mme Coquenard poussa de nouveaux soupirs. Molière n'avait pas encore écrit sa scène de l'Avare. Mme
Coquenard a donc le pas sur Harpagon.

Enfin le reste de l'équipement fut successivement débattu de la même manière; et le résultat de la scène
fut que la procureuse demanderait à son mari un prêt de huit cents livres en argent, et fournirait le cheval

et le mulet qui auraient l'honneur de porter à la gloire Porthos et Mousqueton.

Ces conditions arrêtées, et les intérêts stipulés ainsi que l'époque du remboursement, Porthos prit congé
de Mme Coquenard. Celle-ci voulait bien le retenir en lui faisant les yeux doux; mais Porthos prétexta les

exigences du service, et il fallut que la procureuse cédât le pas au roi.

Le mousquetaire rentra chez lui avec une faim de fort mauvaise humeur.

CHAPITRE XXXIII. SOUBRETTE ET MAÎTRESSE

Cependant, comme nous l'avons dit, malgré les cris de sa conscience et les sages conseils d'Athos,
d'Artagnan devenait d'heure en heure plus amoureux de Milady; aussi ne manquait-il pas tous les jours

d'aller lui faire une cour à laquelle l'aventureux Gascon était convaincu qu'elle ne pouvait, tôt ou tard,

manquer de répondre.

Un soir qu'il arrivait le nez au vent, léger comme un homme qui attend une pluie d'or, il rencontra la
soubrette sous la porte cochère; mais cette fois la jolie Ketty ne se contenta point de lui sourire en

passant, elle lui prit doucement la main.

«Bon! fit d'Artagnan, elle est chargée de quelque message pour moi de la part de sa maîtresse; elle va
m'assigner quelque rendez-vous qu'on n'aura pas osé me donner de vive voix.»

Et il regarda la belle enfant de l'air le plus vainqueur qu'il put prendre.

«Je voudrais bien vous dire deux mots, monsieur le chevalier..., balbutia la soubrette.

- Parle, mon enfant, parle, dit d'Artagnan, j'écoute.

- Ici, impossible: ce que j'ai à vous dire est trop long et surtout trop secret.

- Eh bien, mais comment faire alors?

- Si monsieur le chevalier voulait me suivre, dit timidement Ketty.

- Où tu voudras, ma belle enfant.

- Alors, venez.»

Et Ketty, qui n'avait point lâché la main de d'Artagnan, l'entraîna par un petit escalier sombre et tournant,

< page précédente | 261 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.