bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

Comme c'était tout ce que d'Artagnan ambitionnait au monde, à part bien entendu le désir de retrouver
Mme Bonacieux, il courut tout joyeux chez ses camarades, qu'il venait de quitter il y avait une

demi-heure, et qu'il trouva fort tristes et fort préoccupés. Ils étaient réunis en conseil chez Athos: ce qui

indiquait toujours des circonstances d'une certaine gravité.

M. de Tréville venait de les faire prévenir que l'intention bien arrêtée de Sa Majesté étant d'ouvrir la
campagne le 1ermai, ils eussent à préparer incontinent leurs équipages.

Les quatre philosophes se regardèrent tout ébahis: M. de Tréville ne plaisantait pas sous le rapport de la
discipline.

«Et à combien estimez-vous ces équipages? dit d'Artagnan.

- Oh! il n'y a pas à dire, reprit Aramis, nous venons de faire nos comptes avec une lésinerie de Spartiates,
et il nous faut à chacun quinze cents livres.

- Quatre fois quinze font soixante, soit six mille livres, dit Athos.

- Moi, dit d'Artagnan, il me semble qu'avec mille livres chacun, il est vrai que je ne parle pas en
Spartiate, mais en procureur...»

Ce mot de procureur réveilla Porthos.

«Tiens, j'ai une idée! dit-il.

- C'est déjà quelque chose: moi, je n'en ai pas même l'ombre, fit froidement Athos, mais quant à
d'Artagnan, messieurs, le bonheur d'être désormais des nôtres l'a rendu fou; mille livres! je déclare que

pour moi seul il m'en faut deux mille.

- Quatre fois deux font huit, dit alors Aramis: c'est donc huit mille livres qu'il nous faut pour nos
équipages, sur lesquels équipages, il est vrai, nous avons déjà les selles.

- Plus, dit Athos, en attendant que d'Artagnan qui allait remercier M. de Tréville eût fermé la porte, plus
ce beau diamant qui brille au doigt de notre ami. Que diable! d'Artagnan est trop bon camarade pour

laisser des frères dans l'embarras, quand il porte à son médius la rançon d'un roi.»

CHAPITRE XXIX. LA CHASSE À L'ÉQUIPEMENT

Le plus préoccupé des quatre amis était bien certainement d'Artagnan, quoique d'Artagnan, en sa qualité
de garde, fût bien plus facile à équiper que messieurs les mousquetaires, qui étaient des seigneurs; mais

notre cadet de Gascogne était, comme on a pu le voir, d'un caractère prévoyant et presque avare, et avec

cela (expliquez les contraires) glorieux presque à rendre des points à Porthos. À cette préoccupation de sa

vanité, d'Artagnan joignait en ce moment une inquiétude moins égoïste. Quelques informations qu'il eût

pu prendre sur Mme Bonacieux, il ne lui en était venu aucune nouvelle. M. de Tréville en avait parlé à la

reine; la reine ignorait où était la jeune mercière et avait promis de la faire chercher.

Mais cette promesse était bien vague et ne rassurait guère d'Artagnan.

Athos ne sortait pas de sa chambre; il était résolu à ne pas risquer une enjambée pour s'équiper.

«Il nous reste quinze jours, disait-il à ses amis; eh bien, si au bout de ces quinze jours je n'ai rien trouvé,
ou plutôt si rien n'est venu me trouver, comme je suis trop bon catholique pour me casser la tête d'un

< page précédente | 237 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.