bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

racontera ce qu'il est devenu lui-même, depuis dix jours qu'il nous a quittés.

- Volontiers», dit d'Artagnan.

Tandis que Porthos et Mousqueton déjeunaient avec des appétits de convalescents et cette cordialité de
frères qui rapproche les hommes dans le malheur, d'Artagnan raconta comment Aramis blessé avait été

forcé de s'arrêter à Crèvecoeur, comment il avait laissé Athos se débattre à Amiens entre les mains de

quatre hommes qui l'accusaient d'être un faux-monnayeur, et comment, lui, d'Artagnan, avait été forcé de

passer sur le ventre du comte de Wardes pour arriver jusqu'en Angleterre.

Mais là s'arrêta la confidence de d'Artagnan; il annonça seulement qu'à son retour de la Grande-Bretagne
il avait ramené quatre chevaux magnifiques, dont un pour lui et un autre pour chacun de ses compagnons,

puis il termina en annonçant à Porthos que celui qui lui était destiné était déjà installé dans l'écurie de

l'hôtel.

En ce moment Planchet entra; il prévenait son maître que les chevaux étaient suffisamment reposés, et
qu'il serait possible d'aller coucher à Clermont.

CHAPITRE XXVI. LA THÈSE D'ARAMIS

D'Artagnan n'avait rien dit à Porthos de sa blessure ni de sa procureuse. C'était un garçon fort sage que
notre Béarnais, si jeune qu'il fût. En conséquence, il avait fait semblant de croire tout ce que lui avait

raconté le glorieux mousquetaire, convaincu qu'il n'y a pas d'amitié qui tienne à un secret surpris, surtout

quand ce secret intéresse l'orgueil; puis on a toujours une certaine supériorité morale sur ceux dont on

sait la vie.

Or d'Artagnan, dans ses projets d'intrigue à venir, et décidé qu'il était à faire de ses trois compagnons les
instruments de sa fortune, d'Artagnan n'était pas fâché de réunir d'avance dans sa main les fils invisibles à

l'aide desquels il comptait les mener.

Cependant, tout le long de la route, une profonde tristesse lui serrait le coeur: il pensait à cette jeune et
jolie Mme Bonacieux qui devait lui donner le prix de son dévouement; mais, hâtons-nous de le dire, cette

tristesse venait moins chez le jeune homme du regret de son bonheur perdu que de la crainte qu'il

éprouvait qu'il n'arrivât malheur à cette pauvre femme. Pour lui, il n'y avait pas de doute, elle était

victime d'une vengeance du cardinal et comme on le sait, les vengeances de Son Éminence étaient

terribles. Comment avait-il trouvé grâce devant les yeux du ministre, c'est ce qu'il ignorait lui-même et

sans doute ce que lui eût révélé M. de Cavois, si le capitaine des gardes l'eût trouvé chez lui.

Rien ne fait marcher le temps et n'abrège la route comme une pensée qui absorbe en elle-même toutes les
facultés de l'organisation de celui qui pense. L'existence extérieure ressemble alors à un sommeil dont

cette pensée est le rêve. Par son influence, le temps n'a plus de mesure, l'espace n'a plus de distance. On

part d'un lieu, et l'on arrive à un autre, voilà tout. De l'intervalle parcouru, rien ne reste présent à votre

souvenir qu'un brouillard vague dans lequel s'effacent mille images confuses d'arbres, de montagnes et de

paysages. Ce fut en proie à cette hallucination que d'Artagnan franchit, à l'allure que voulut prendre son

cheval, les six ou huit lieues qui séparent Chantilly de Crèvecoeur, sans qu'en arrivant dans ce village il

se souvînt d'aucune des choses qu'il avait rencontrées sur sa route.

Là seulement la mémoire lui revint, il secoua la tête aperçut le cabaret où il avait laissé Aramis, et,
mettant son cheval au trot, il s'arrêta à la porte.

< page précédente | 200 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.