bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Les Trois Mousquetaires

qui pénétrait par cette chambre, l'air chaud et parfumé qui arrivait jusqu'à lui, la conversation de deux ou
trois femmes, au langage à la fois respectueux et élégant, le mot de Majesté plusieurs fois répété, lui

indiquèrent clairement qu'il était dans un cabinet attenant à la chambre de la reine.

Le jeune homme se tint dans l'ombre et attendit.

La reine paraissait gaie et heureuse, ce qui semblait fort étonner les personnes qui l'entouraient, et qui
avaient au contraire l'habitude de la voir presque toujours soucieuse. La reine rejetait ce sentiment joyeux

sur la beauté de la fête, sur le plaisir que lui avait fait éprouver le ballet, et comme il n'est pas permis de

contredire une reine, qu'elle sourie ou qu'elle pleure, chacun renchérissait sur la galanterie de MM. les

échevins de la ville de Paris.

Quoique d'Artagnan ne connût point la reine, il distingua sa voix des autres voix, d'abord à un léger
accent étranger, puis à ce sentiment de domination naturellement empreint dans toutes les paroles

souveraines. Il l'entendait s'approcher et s'éloigner de cette porte ouverte, et deux ou trois fois il vit même

l'ombre d'un corps intercepter la lumière.

Enfin, tout à coup une main et un bras adorables de forme et de blancheur passèrent à travers la
tapisserie; d'Artagnan comprit que c'était sa récompense: il se jeta à genoux, saisit cette main et appuya

respectueusement ses lèvres; puis cette main se retira laissant dans les siennes un objet qu'il reconnut

pour être une bague; aussitôt la porte se referma, et d'Artagnan se retrouva dans la plus complète

obscurité.

D'Artagnan mit la bague à son doigt et attendit de nouveau; il était évident que tout n'était pas fini
encore.

Après la récompense de son dévouement venait la récompense de son amour. D'ailleurs, le ballet était
dansé, mais la soirée était à peine commencée: on soupait à trois heures, et l'horloge Saint- Jean, depuis

quelque temps déjà, avait sonné deux heures trois quarts.

En effet, peu à peu le bruit des voix diminua dans la chambre voisine; puis on l'entendit s'éloigner; puis
la porte du cabinet où était d'Artagnan se rouvrit, et Mme Bonacieux s'y élança.

«Vous, enfin! s'écria d'Artagnan.

- Silence! dit la jeune femme en appuyant sa main sur les lèvres du jeune homme: silence! et
allez-vous-en par où vous êtes venu.

- Mais où et quand vous reverrai-je? s'écria d'Artagnan.

- Un billet que vous trouverez en rentrant vous le dira. Partez, partez!»

Et à ces mots elle ouvrit la porte du corridor et poussa d'Artagnan hors du cabinet.

D'Artagnan obéit comme un enfant, sans résistance et sans objection aucune, ce qui prouve qu'il était
bien réellement amoureux.

CHAPITRE XXIII. LE RENDEZ-VOUS

D'Artagnan revint chez lui tout courant, et quoiqu'il fût plus de trois heures du matin, et qu'il eût les plus
méchants quartiers de Paris à traverser, il ne fit aucune mauvaise rencontre. On sait qu'il y a un dieu pour

les ivrognes et les amoureux.

< page précédente | 170 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.