bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

- Pour tout le monde?

- Pour tout le monde. Il m'a fait entrer ici, afin que je fusse à l'aise pour y faire mes observations et puis il
s'en est allé.

- Eh bien! mon cher monsieur Molière, vous l'allez prévenir que je suis là, n'est-ce pas?

- Moi? s'écria Molière du ton d'un brave chien à qui l'on retire l'os qu'il a légitimement gagné; moi, me
déranger? Ah! monsieur d'Artagnan, comme vous me traitez mal!

- Si vous n'allez pas prévenir tout de suite M. Percerin que je suis là, mon cher monsieur Molière dit
d'Artagnan à voix basse, je vous préviens d'une chose, c'est que je ne vous ferai pas voir l'ami que

j'amène avec moi.

Molière désigna Porthos d'un geste imperceptible.

- Celui-ci n'est-ce pas? dit-il.

- Oui.

Molière attacha sur Porthos un de ces regards qui fouillent les cerveaux et les coeurs. L'examen lui parut
sans doute gros de promesses, car il se leva aussitôt et passa dans la chambre voisine.

Chapitre CCX - Les échantillons

Pendant ce temps, la foule s'écoulait lentement, laissant à chaque angle de comptoir un murmure ou une
menace, comme aux bancs de sable de l'océan, les flots laissent un peu d'écume ou d'algues broyées,

lorsqu'ils se retirent en descendant les marées.

Au bout de dix minutes, Molière reparut, faisant sous la tapisserie un signe à d'Artagnan. Celui-ci se
précipita, entraînant Porthos, et, à travers des corridors assez compliqués, il le conduisit dans le cabinet

de Percerin. Le vieillard, les manches retroussées, fouillait une pièce de brocart à grandes fleurs d'or,

pour y faire naître de beaux reflets. En apercevant d'Artagnan, il laissa son étoffe et vint à lui, non pas

radieux, non pas courtois, mais, en somme, assez civil.

- Monsieur le capitaine des gardes, dit-il, vous m'excuserez, n'est-ce pas, mais j'ai affaire.

- Eh! oui, pour les habits du roi? Je sais cela, mon cher monsieur Percerin. Vous en faites trois, m'a-t-on
dit?

- Cinq, mon cher monsieur, cinq!

- Trois ou cinq, cela ne m'inquiète pas, maître Percerin, et je sais que vous les ferez les plus beaux du
monde.

- On le sait, oui. Une fois faits, ils seront les plus beaux du monde, je ne dis pas non, mais pour qu'ils
soient les plus beaux du monde, il faut d'abord qu'ils soient, et pour cela, monsieur le capitaine, j'ai

besoin de temps.

- Ah bah! deux jours encore, c'est bien plus qu'il ne vous en faut, monsieur Percerin, dit d'Artagnan avec
le plus grand flegme.

Percerin leva la tête en homme peu habitué à être contrarié, même dans ses caprices, mais d'Artagnan ne

< page précédente | 86 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.