bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

- Ah! fit Porthos, avec un soupir, c'est fâcheux; mais, enfin, que voulez vous!

- Dame! vous ferez comme les autres, mon cher ami; vous ferez comme le roi.

- Comment! on mesure aussi le roi? Et il le souffre?

- Le roi est coquet, mon cher, et vous aussi, vous l'êtes, quoi que vous en disiez.

Porthos sourit d'un air vainqueur.

- Allons donc chez le tailleur du roi! dit-il, et puisqu'il mesure le roi, ma foi! je puis bien, il me semble,
me laisser mesurer par lui.

Chapitre CCIX - Ce que c'était que messire Jean Percerin

Le tailleur du roi, messire Jean Percerin, occupait une maison assez grande dans la rue Saint-Honoré,
près de la rue de l'Arbre- Sec. C'était un homme qui avait le goût des belles étoffes, des belles broderies,

des beaux velours, étant de père en fils tailleur du roi. Cette succession remontait à Charles IX, auquel,

comme on sait, remontaient souvent des fantaisies de bravoure assez difficiles à satisfaire.

Le Percerin de ce temps-là était un huguenot comme Ambroise Paré, et avait été épargné par la royne de
Navarre, la belle Margot, comme on écrivait et comme on disait alors, et cela attendu qu'il était le seul

qui eût jamais pu lui réussir ces merveilleux habits de cheval qu'elle aimait à porter, parce qu'ils étaient

propres à dissimuler certains défauts anatomiques que la royne de Navarre cachait fort soigneusement.

Percerin, sauvé, avait fait, par reconnaissance, de beaux justes noirs, fort économiques pour la reine
Catherine, laquelle finit par savoir bon gré de sa conservation au huguenot, à qui longtemps elle avait fait

la mine. Mais Percerin était un homme prudent: il avait entendu dire que rien n'était plus dangereux pour

un huguenot que les sourires de la reine Catherine; et, ayant remarqué qu'elle lui souriait plus souvent

que de coutume, il se hâta de se faire catholique avec toute sa famille, et, devenu irréprochable par cette

conversion, il parvint à la haute position de tailleur maître de la couronne de France.

Sous Henri III, roi coquet s'il en fut, cette position acquit la hauteur d'un des plus sublimes pics des
Cordillères. Percerin avait été un homme habile toute sa vie, et, pour garder cette réputation au-delà de la

tombe, il se garda bien de manquer sa mort; il trépassa donc fort adroitement et juste à l'heure où son

imagination commençait à baisser.

Il laissait un fils et une fille, l'un et l'autre dignes du nom qu'ils étaient appelés à porter: le fils, coupeur
intrépide et exact comme une équerre; la fille, brodeuse et dessinateur d'ornements.

Les noces de Henri IV et de Marie de Médicis, les deuils si beaux de ladite reine, firent, avec quelques
mots échappés à M. de Bassompierre, le roi des élégants de l'époque, la fortune de cette seconde

génération des Percerin.

M. Concino Concini et sa femme Galigaï, qui brillèrent ensuite à la Cour de France, voulurent italianiser
les habits et firent venir des tailleurs de Florence; mais Percerin, piqué au jeu dans son patriotisme et

dans son amour-propre, réduisit à néant ces étrangers par ses dessins de brocatelle en application et ses

plumetis inimitables; si bien que Concino renonça le premier à ses compatriotes, et tint le tailleur français

en telle estime, qu'il ne voulut plus être habillé que par lui; de sorte qu'il portait un pourpoint de lui, le

jour où Vitry lui cassa la tête, d'un coup de pistolet, au petit pont du Louvre.

< page précédente | 81 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.