bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

Et, d'un geste rapide, appuyant la poignée de l'épée au parquet, il en dirigea la pointe sur sa poitrine.

Le roi s'élança d'un mouvement encore plus rapide que celui de d'Artagnan, jetant le bras droit au cou du
mousquetaire, et, de la main gauche, saisissant par le milieu la lame de l'épée, qu'il remit silencieusement

au fourreau.

D'Artagnan, roide, pâle et frémissant encore, laissa, sans l'aider, faire le roi jusqu'au bout.

Alors, Louis, attendri, revenant à la table, prit la plume, écrivit quelques lignes, les signa, et étendit la
main vers d'Artagnan.

- Qu'est-ce que ce papier, Sire? demanda le capitaine.

- L'ordre donné à M. d'Artagnan d'élargir à l'instant même M. le comte de La Fère.

D'Artagnan saisit la main royale et la baisa; puis il plia l'ordre, le passa sous son buffle et sortit.

Ni le roi ni le capitaine n'avaient articulé une syllabe.

- Ô coeur humain! boussole des rois! murmura Louis resté seul, quand donc saurai-je lire dans tes replis
comme dans les feuilles d'un livre? Non, je ne suis pas un mauvais roi; non, je ne suis pas un pauvre roi;

mais je suis encore un enfant.

Chapitre CCIV - Rivaux politiques

D'Artagnan avait promis à M. de Baisemeaux d'être de retour au dessert, d'Artagnan tint parole. On en
était aux vins fins et aux liqueurs, dont la cave du gouverneur avait la réputation d'être admirablement

garnie, lorsque les éperons du capitaine des mousquetaires retentirent dans le corridor et que lui-même

parut sur le seuil.

Athos et Aramis avaient joué serré. Aussi, aucun des deux n'avait pénétré l'autre. On avait soupé, causé
beaucoup de la Bastille, du dernier voyage de Fontainebleau, de la future fête que M. Fouquet devait

donner à Vaux. Les généralités avaient été prodiguées, et nul, hormis de Baisemeaux, n'avait effleuré les

choses particulières.

D'Artagnan tomba au milieu de la conversation, encore pâle et ému de sa conversation avec le roi De
Baisemeaux s'empressa d'approcher une chaise. D'Artagnan accepta un verre plein et le laissa vide. Athos

et Aramis remarquèrent tous deux cette émotion de d'Artagnan. Quant à de Baisemeaux, il ne vit rien que

le capitaine des mousquetaires de Sa Majesté auquel il se hâta de faire fête. Approcher le roi, c'était avoir

tous droits aux égards de M. de Baisemeaux. Seulement, quoique Aramis eût remarqué cette émotion, il

n'en pouvait deviner la cause. Athos seul croyait l'avoir pénétrée. Pour lui, le retour de d'Artagnan et

surtout le bouleversement de l'homme impassible signifiaient: «Je viens de demander au roi quelque

chose que le roi m'a refusé.» Bien convaincu qu'il était dans le vrai, Athos sourit, se leva de table et fit un

signe à d'Artagnan, comme pour lui rappeler qu'ils avaient autre chose à faire que de souper ensemble.

D'Artagnan comprit et répondit par un autre signe. Aramis et Baisemeaux, voyant ce dialogue muet,
interrogeaient du regard. Athos crut que c'était à lui de donner l'explication de ce qui se passait.

- La vérité, mes amis, dit le comte de La Fère avec un sourire, c'est que vous, Aramis, vous venez de
souper avec un criminel d'État, et vous, monsieur de Baisemeaux, avec votre prisonnier.

< page précédente | 34 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.