bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

quatre heures de gain que vous avez données à M. d'Herblay.

- En lui donnant ces quatre heures, Sire, je savais lui donner la vie. Il aura la vie.

- Comment cela?

- Après avoir bien couru, toujours en avant de quatre heures sur vos mousquetaires, il arrivera dans mon
château de Belle-Île, où je lui ai donné asile.

- Soit! mais vous oubliez que vous m'avez donné Belle-Île.

- Pas pour faire arrêter mes amis.

- Vous me le reprenez, alors?

- Pour cela oui, Sire.

- Mes mousquetaires le reprendront, et tout sera dit.

- Ni vos mousquetaires ni même votre armée, Sire dit froidement Fouquet. Belle-Île est imprenable.

Le roi devint livide, un éclair jaillit de ses yeux. Fouquet se sentit perdu; mais il n'était pas de ceux qui
reculent devant la voix de l'honneur. Il soutint le regard envenimé du roi. Celui-ci dévora sa rage, et,

après un silence:

- Allons-nous à Vaux? dit-il.

- Je suis aux ordres de Votre Majesté, répliqua Fouquet en s'inclinant profondément; mais je crois que
Votre Majesté ne peut se dispenser de changer d'habits avant de paraître devant sa cour.

- Nous passerons par le Louvre, dit le roi. Allons.

Et ils sortirent devant Baisemeaux effaré, qui, une fois encore, regarda sortir Marchiali, et s'arracha le
peu de cheveux qui lui restaient.

Il est vrai que Fouquet lui donna décharge du prisonnier et que le roi écrivit au-dessous: Vu et
approuvé: Louis
; folie que Baisemeaux, incapable d'assembler deux idées, accueillit par un héroïque
coup de poing qu'il se bourra dans les mâchoires.

Chapitre CCXXX - Le faux roi

Cependant, à Vaux, la royauté usurpatrice continuait bravement son rôle.

Philippe donna ordre qu'on introduisît pour son petit lever les grandes entrées, déjà prêtes à paraître
devant le roi. Il se décida à donner cet ordre, malgré l'absence de M. d'Herblay, qui ne revenait pas, et

nos lecteurs savent pour quelle raison. Mais le prince, ne croyant pas que cette absence pût se prolonger,

voulait, comme tous les esprits téméraires, essayer sa valeur et sa fortune, loin de toute protection, de

tout conseil.

Une autre raison l'y poussait. Anne d'Autriche allait paraître; la mère coupable allait se trouver en
présence de son fils sacrifié. Philippe ne voulait pas, s'il avait une faiblesse, en rendre témoin l'homme

envers lequel il était désormais tenu de déployer tant de force.

< page précédente | 214 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.