bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

- Votre reconnaissance s'exprime trop éloquemment; je n'ai point fait assez, croyez-moi.

- À coup sûr, monsieur, vous ne me ferez jamais avouer cela.

- Eh bien! maintenant, monseigneur, si vous êtes content de moi, si vous êtes remis de la secousse, que
j'ai adoucie autant que j'ai pu, laissons le temps battre des ailes, vous êtes harassé, vous avez des

réflexions à faire, je vous en conjure: dormez ou faites semblant de dormir, sur votre lit ou dans votre lit.

Moi, je dors sur ce fauteuil, et quand je dors, mon sommeil est dur au point que le canon ne me

réveillerait pas.

Fouquet sourit.

- J'excepte cependant, continua le mousquetaire, le cas où l'on ouvrirait une porte, soit secrète, soit
visible, soit de sortie, soit d'entrée. Oh! pour cela, mon oreille est vulnérable au dernier point. Un

craquement me fait tressaillir. C'est une affaire d'antipathie naturelle. Allez donc, venez donc, promenez-

vous par la chambre, écrivez, effacez, déchirez, brûlez, mais ne touchez pas la clef de la serrure; mais ne

touchez pas au bouton de la porte, car vous me réveilleriez en sursaut, et cela m'agacerait horriblement

les nerfs.

- Décidément, monsieur d'Artagnan, dit Fouquet vous êtes l'homme le plus spirituel et le plus courtois
que je connaisse, et vous ne me laisserez qu'un regret, c'est d'avoir fait si tard votre connaissance.

D'Artagnan poussa un soupir qui voulait dire. «Hélas! peut-être l'avez vous faite trop tôt!»

Puis il s'enfonça dans son fauteuil, tandis que Fouquet, à demi couché sur son lit et appuyé sur le coude,
rêvait à son aventure.

Et tous deux, laissant les bougies brûler, attendirent ainsi le premier réveil du jour, et quand Fouquet
soupirait trop haut, d'Artagnan ronflait plus fort.

Nulle visite, même celle d'Aramis, ne troubla leur quiétude, nul bruit ne se fit entendre dans la vaste
maison.

Au-dehors, les rondes d'honneur et les patrouilles de mousquetaires faisaient crier le sable sous leurs pas:
c'était une tranquillité de plus pour les dormeurs. Qu'on y joigne le bruit du vent et des fontaines, qui font

leur fonction éternelle, sans s'inquiéter des petits bruits et des petites choses dont se composent la vie et

la mort de l'homme.

Chapitre CCXXVI - Le matin

Auprès de ce destin lugubre du roi enfermé à la Bastille et rongeant de désespoir les verrous et les
barreaux, la rhétorique des chroniqueurs anciens ne manquerait pas de placer l'antithèse de Philippe

dormant sous le dais royal. Ce n'est pas que la rhétorique soit toujours mauvaise et sème toujours à faux

les fleurs dont elle veut émailler l'histoire; mais nous nous excuserons de polir ici soigneusement

l'antithèse et de dessiner avec intérêt l'autre tableau destiné à servir de pendant au premier.

Le jeune prince descendit de chez Aramis comme le roi était descendu de la chambre de Morphée. Le
dôme s'abaissa lentement sous la pression de M. d'Herblay, et Philippe se trouva devant le lit royal, qui

était remonté après avoir déposé son prisonnier dans les profondeurs des souterrains.

Seul en présence de ce luxe, seul devant toute sa puissance, seul devant le rôle qu'il allait être forcé de

< page précédente | 182 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.