bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

- On est léger quand on a fidèlement servi son roi, et, en le servant, sauvé son pays, dit Porthos. Les
chevaux n'auront rien à traîner. Partons.

Et le carrosse, délivré d'un prisonnier qui, en effet, pouvait paraître bien lourd à Aramis, franchit le
pont-levis de la Bastille, qui se releva derrière lui.

Chapitre CCXXIV - Une nuit à la Bastille

La souffrance dans cette vie est en proportion des forces de l'homme. Nous ne prétendons pas dire que
Dieu mesure toujours aux forces de la créature l'angoisse qu'il lui fait endurer: cela ne serait pas exact,

puisque Dieu permet la mort, qui est parfois le seul refuge des âmes trop vivement pressées dans le corps.

La souffrance est en proportion des forces, c'est-à-dire que le faible souffre plus, à mal égal, que le fort.

Maintenant, de quels éléments se compose la force humaine? N'est-ce pas surtout de l'exercice, de

l'habitude, de l'expérience? Voilà ce que nous ne prendrons même pas la peine de démontrer; c'est un

axiome au moral comme au physique.

Quand le jeune roi, hébété, rompu, se vit conduire à une chambre de la Bastille, il se figura d'abord que la
mort est comme un sommeil, qu'elle a ses rêves, que le lit s'était enfoncé dans le plancher de Vaux, que la

mort s'en était ensuivie, et que, poursuivant son rêve, Louis XIV, défunt, rêvait une de ces horreurs,

impossibles à la vie, qu'on appelle le détrônement, l'incarcération et l'insulte d'un roi naguère

tout-puissant.

Assister, fantôme palpable, à sa passion douloureuse; nager dans un mystère incompréhensible entre la
ressemblance et la réalité; tout voir, tout entendre, sans brouiller un de ces détails de l'agonie, n'était-ce

pas, se disait le roi, un supplice d'autant plus épouvantable qu'il pouvait être éternel?

- Est-ce là ce qu'on appelle l'éternité, l'enfer? murmura Louis XIV au moment où la porte se ferma sur
lui, poussée par Baisemeaux lui-même.

Il ne regarda pas même autour de lui, et, dans cette chambre, adossé à un mur quelconque, il se laissa
emporter par la terrible supposition de sa mort, en fermant les yeux pour éviter de voir quelque chose de

pire encore.

- Comment suis-je mort? se dit-il à moitié insensé. N'aura-t-on pas fait descendre ce lit par artifice? Mais
non, pas de souvenir d'aucune contusion, d'aucun choc... Ne m'aurait-on pas plutôt empoisonné dans le

repas, ou avec des fumées de cire, comme Jeanne d'Albret, ma bisaïeule?

Tout à coup, le froid de cette chambre tomba comme un manteau sur les épaules de Louis.

- J'ai vu, dit-il, mon père exposé mort sur son lit dans son habit royal. Cette figure pâle, si calme et si
affaissée; ces mains si adroites devenues insensibles; ces jambes raidies; tout cela n'annonçait pas un

sommeil peuplé de songes. Et pourtant que de songes Dieu ne devait-il pas envoyer à ce mort!... à ce

mort que tant d'autres avaient précédé, précipités par lui dans la mort éternelle!... Non, ce roi était encore

le roi. Il trônait encore sur ce lit funèbre, comme sur le fauteuil de velours. Il n'avait rien abdiqué de sa

majesté. Dieu, qui ne l'avait point puni, ne peut me punir, moi qui n'ai rien fait.

Un bruit étrange attira l'attention du jeune homme. Il regarda et vit sur la cheminée, au-dessus d'un
énorme christ grossièrement peint à fresque, un rat de taille monstrueuse, occupé à grignoter un reste de

pain dur, tout en fixant sur le nouvel hôte du logis un regard intelligent et curieux.

< page précédente | 167 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.