bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

Mais Raoul se tut et la jeune fille dut continuer.

Chapitre CC - Blessures sur blessures

Mlle de La Vallière, car c'était bien elle, fit un pas en avant.

- Oui, Louise, murmura-t-elle.

Mais dans cet intervalle, si court qu'il fût, Raoul avait eu le temps de se remettre.

- Vous, mademoiselle? dit-il.

Puis, avec un accent indéfinissable:

- Vous ici? ajouta-t-il.

- Oui, Raoul, répéta la jeune fille; oui, moi, qui vous attendais.

- Pardon; lorsque je suis rentré, j'ignorais...

- Oui, et j'avais recommandé à Olivain de vous laisser ignorer...

Elle hésita; et, comme Raoul ne se pressait pas de lui répondre, il se fit un silence d'un instant, silence
pendant lequel on eût pu entendre le bruit de ces deux coeurs qui battaient, non plus à l'unisson l'un de

l'autre, mais aussi violemment l'un que l'autre.

C'était à Louise de parler. Elle fit un effort.

- J'avais à vous parler, dit-elle; il fallait absolument que je vous visse... moi-même... seule... Je n'ai point
reculé devant une démarche qui doit rester secrète; car personne, excepté vous, ne la comprendrait,

monsieur de Bragelonne.

- En effet, mademoiselle, balbutia Raoul, tout effaré, tout haletant, et moi même, malgré la bonne opinion
que vous avez de moi, j'avoue...

- Tout à l'heure, dit-elle, M. de Saint-Aignan est venu chez moi de la part du roi.

Elle baissa les yeux.

De son côté, Raoul détourna les siens pour ne rien voir.

- M. de Saint-Aignan est venu chez moi de la part du roi, répéta-t-elle, et il m'a dit que vous saviez tout.

Et elle essaya de regarder en face celui qui recevait cette blessure après tant d'autres blessures; mais il lui
fut impossible de rencontrer les yeux de Raoul.

- Il m'a dit que vous aviez conçu contre moi une légitime colère.

Cette fois, Raoul regarda la jeune fille, et un sourire dédaigneux retroussa ses lèvres.

- Oh! continua-t-elle, je vous en supplie, ne dites pas que vous avez ressenti contre moi autre chose que
de la colère. Raoul, attendez que je vous aie tout dit, attendez que je vous aie parlé jusqu'à la fin.

Le front de Raoul se rasséréna par la force de sa volonté; le pli de sa bouche s'effaça.

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.