bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 4

qu'à choisir les pièces les plus grasses, et laisser échapper le reste. Jamais un homme des villes, jamais un
soldat, jamais personne n'a pénétré dans ce pays. Le soleil y est doux. Certains massifs de terre retiennent

la vigne et nourrissent d'un suc généreux ses belles grappes noires et blanches. Une fois la semaine, une

barque va chercher, au four commun, pain tiède et jaune dont l'odeur attire et caresse de loin. Vous

vivrez là comme un homme des temps anciens. Seigneur puissant de vos chiens barbets, de vos lignes, de

vos fusils et de votre belle maison de roseaux, vous y vivrez dans l'opulence de la chasse dans la

plénitude de la sécurité; vous passerez ainsi des années au bout desquelles, méconnaissable, transformé,

vous aurez forcé Dieu à vous refaire une destinée. Il y a mille pistoles dans ce sac, monseigneur; c'est

plus qu'il n'en faut pour acheter tout le marais dont je vous ai parlé; c'est plus qu'il n'en faut pour y vivre

autant d'années que vous avez de jours à vivre; c'est plus qu'il n'en faut pour être le plus riche, le plus

libre et le plus heureux de la contrée. Acceptez comme je vous offre, sincèrement, joyeusement. Tout de

suite du carrosse que voici, nous allons distraire deux chevaux. Le muet, mon serviteur, vous conduira,

marchant la nuit, dormant le jour, jusqu'au pays dont je vous parle, et au moins j'aurai la satisfaction de

me dire que j'ai rendu à mon prince le service qu'il a choisi. J'aurai fait un homme heureux. Dieu m'en

saura plus de gré que d'avoir fait un homme puissant. C'est bien autrement difficile! Eh bien! que

répondez-vous, monseigneur? Voici l'argent. Oh! n'hésitez pas. Au Poitou, vous ne risquez rien, sinon de

gagner les fièvres. Encore les sorciers du pays pourront-ils vous guérir pour vos pistoles. À jouer l'autre

partie, celle que vous savez, vous risquez d'être assassiné sur un trône ou étranglé dans une prison. Sur

mon âme! je le dis, à présent que j'ai pesé les deux, sur ma vie! j'hésiterais.

- Monsieur, répliqua le jeune prince, avant que je me résolve, laissez-moi descendre de ce carrosse,
marcher sur la terre, et consulter cette voix que Dieu fait parler dans la nature libre. Dix minutes, et je

répondrai.

- Faites, monseigneur, dit Aramis en s'inclinant avec respect, tant avait été solennelle et auguste la voix
qui venait de s'exprimer ainsi.

Chapitre CCXVI - Couronne et tiare

Aramis était descendu avant le jeune homme et lui tenait la portière ouverte. Il le vit poser le pied sur la
mousse avec un frémissement de tout le corps, et faire autour de la voiture quelques pas embarrassés,

chancelants presque. On eût dit que le pauvre prisonnier était mal habitué à marcher sur la terre des

hommes.

On était au 15 août, vers onze heures du soir: de gros nuages, qui présageaient la tempête, avaient envahi
le ciel, et sous leurs plis dérobaient toute lumière et toute perspective. À peine les extrémités des allées se

détachaient-elles des taillis par une pénombre d'un gris opaque qui devenait, après un certain temps

d'examen, sensible au milieu de cette obscurité complète. Mais les parfums qui montent de l'herbe, ceux

plus pénétrants et plus frais qu'exhale l'essence des chênes, l'atmosphère tiède et onctueuse qui

l'enveloppait tout entier pour la première fois depuis tant d'années, cette ineffable jouissance de liberté en

pleine campagne, parlaient un langage si séduisant pour le prince, que, quelle que fût cette retenue, nous

dirons presque cette dissimulation dont nous avons essayé de donner une idée, il se laissa surprendre à

son émotion et poussa un soupir de joie.

Puis peu à peu, il leva sa tête alourdie, et respira les différentes couches d'air, à mesure qu'elles s'offraient
chargées d'arômes à son visage épanoui. Croisant ses bras sur sa poitrine, comme pour l'empêcher

d'éclater à l'invasion de cette félicité nouvelle, il aspira délicieusement cet air inconnu qui court la nuit

sous le dôme des hautes forêts. Ce ciel qu'il contemplait, ces eaux qu'il entendait bruire, ces créatures

< page précédente | 126 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.