bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

L'amiral prit place à droite de Madame et mit le comte de Guiche à sa gauche.

C'était la place qu'occupait d'ordinaire Buckingham.

Aussi, lorsqu'il entra dans la salle à manger, fut-ce une douleur pour lui que de se voir reléguer par
l'étiquette, cette autre reine à qui il devait le respect, à un rang inférieur à celui qu'il avait tenu jusque-là.

De son côté, de Guiche, plus pâle encore peut-être de son bonheur que son rival ne l'était de sa colère,

s'assit en tressaillant près de la princesse, dont la robe de soie, en effleurant son corps, faisait passer dans

tout son être des frissons d'une volupté jusqu'alors inconnue.

Après le repas, Buckingham s'élança pour donner la main à Madame. Mais ce fut au tour de de Guiche de
faire la leçon au duc.

- Milord, dit-il, soyez assez bon, à partir de ce moment, pour ne plus vous interposer entre Son Altesse
Royale Madame et moi. À partir de ce moment, en effet, Son Altesse Royale appartient à la France, et

c'est la main de Monsieur, frère du roi, qui touche la main de la princesse quand Son Altesse Royale me

fait l'honneur de me toucher la main.

Et, en prononçant ces paroles, il présenta lui-même sa main à la jeune Madame avec une timidité si
visible et en même temps une noblesse si courageuse, que les Anglais firent entendre un murmure

d'admiration, tandis que Buckingham laissait échapper un soupir de douleur.

Raoul aimait; Raoul comprit tout.

Il attacha sur son ami un de ces regards profonds que l'ami seul ou la mère étendent comme protecteur ou
comme surveillant sur l'enfant ou sur l'ami qui s'égare.

Vers deux heures, enfin, le soleil parut, le vent tomba, la mer devint unie comme une large nappe de
cristal, la brume, qui couvrait les côtes, se déchira comme un voile qui s'envole en lambeaux. Alors les

riants coteaux de la France apparurent avec leurs mille maisons blanches, se détachant, ou sur le vert des

arbres, ou sur le bleu du ciel.

Chapitre LXXXV - Les tentes

L'amiral, comme nous l'avons vu, avait pris le parti de ne plus faire attention aux yeux menaçants et aux
emportements convulsifs de Buckingham. En effet, depuis le départ d'Angleterre, il devait s'y être tout

doucement habitué. De Guiche n'avait point encore remarqué en aucune façon cette animosité que le

jeune lord paraissait avoir contre lui; mais il ne se sentait, d'instinct, aucune sympathie pour le favori de

Charles II. La reine mère, avec une expérience plus grande et un sens plus froid, dominait toute la

situation, et, comme elle en comprenait le danger, elle s'apprêtait à en trancher le noeud lorsque le

moment en serait venu. Ce moment arriva. Le calme était rétabli partout, excepté dans le coeur de

Buckingham, et celui-ci, dans son impatience, répétait à demi-voix à la jeune princesse:

- Madame, Madame, au nom du Ciel, rendons-nous à terre, je vous en supplie! Ne voyez-vous pas que ce
fat de comte de Norfolk me fait mourir avec ses soins et ses adorations pour vous?

Henriette entendit ces paroles; elle sourit et, sans se retourner, donnant seulement à sa voix cette
inflexion de doux reproche et de langoureuse impertinence avec lesquels la coquetterie sait donner un

acquiescement tout en ayant l'air de formuler une défense:

- Mon cher lord, murmura-t-elle, je vous ai déjà dit que vous étiez fou.

< page précédente | 88 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.