bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

- Un seul exemple.

Et de Wardes couvrit Bragelonne tout entier de son regard.

- Dis.

- Sais-tu qui vient d'être nommé capitaine général des mousquetaires, charge qui vaut plus que la pairie,
charge qui donne le pas sur les maréchaux de France?

Raoul commença de rougir, car il voyait où de Wardes en voulait venir.

- Non; qui a-t-on nommé? Il n'y a pas longtemps en tout cas; car il y a huit jours la charge était encore
vacante; à telle enseigne que le roi l'a refusée à Monsieur, qui la demandait pour un de ses protégés.

- Eh bien! mon cher, le roi l'a refusée au protégé de Monsieur pour la donner au chevalier d'Artagnan, à
un cadet de Gascogne qui a traîné l'épée trente ans dans les antichambres.

- Pardon, monsieur, si je vous arrête, dit Raoul en lançant un regard plein de sévérité à de Wardes; mais
vous me faites l'effet de ne pas connaître celui dont vous parlez.

- Je ne connais pas M. d'Artagnan! Eh! mon Dieu! qui donc ne le connaît pas?

- Ceux qui le connaissent, monsieur, reprit Raoul avec plus de calme et de froideur, sont tenus de dire
que, s'il n'est pas aussi bon gentilhomme que le roi, ce qui n'est point sa faute, il égale tous les rois du

monde en courage et en loyauté. Voilà mon opinion à moi, monsieur, et Dieu merci! je connais M.

d'Artagnan depuis ma naissance.

De Wardes allait répliquer, mais de Guiche l'interrompit.

Chapitre LXXXII - Le portrait de Madame

La discussion allait s'aigrir, de Guiche l'avait parfaitement compris.

En effet, il y avait dans le regard de Bragelonne quelque chose d'instinctivement hostile.

Il y avait dans celui de de Wardes quelque chose comme un calcul d'agression. Sans se rendre compte
des divers sentiments qui agitaient ses deux amis, de Guiche songea à parer le coup qu'il sentait prêt à

être porté par l'un ou l'autre et peut-être par tous les deux.

- Messieurs, dit-il, nous devons nous quitter, il faut que je passe chez Monsieur. Prenons nos
rendez-vous: toi, de Wardes, viens avec moi au Louvre; toi, Raoul, demeure le maître de la maison, et

comme tu es le conseil de tout ce qui se fait ici, tu donneras le dernier coup d'oeil à mes préparatifs de

départ.

Raoul, en homme qui ne cherche ni ne craint une affaire, fit de la tête un signe d'assentiment, et s'assit sur
un banc au soleil.

- C'est bien, dit de Guiche, reste là, Raoul, et fais-toi montrer les deux chevaux que je viens d'acheter; tu
me diras ton sentiment, car je ne les ai achetés qu'à la condition que tu ratifierais le marché. À propos,

pardon! j'oubliais de te demander des nouvelles de M. le comte de La Fère. Et tout en prononçant ces

derniers mots, il observait de Wardes et essayait de saisir l'effet que produirait sur lui le nom du père de

Raoul.

< page précédente | 72 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.