bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

- L'exposition des griefs, s'il vous plaît.

- En deux mots, voici: Musique perpétuelle... assiduité de Guiche... soupçons de cachotteries et de
complots...

- Les preuves?

- Aucune.

- Bien; je me rends chez Madame.

Et le roi se prit à regarder, dans les glaces, sa toilette qui était riche et son visage qui resplendissait
comme ses diamants.

- On éloigne bien un peu Monsieur? dit-il.

- Oh! le feu et l'eau ne se fuient pas avec plus d'acharnement.

- Il suffit. Ma mère, je vous baise les mains... les plus belles mains de France.

- Réussissez, Sire... Soyez le pacificateur du ménage.

- Je n'emploie pas d'ambassadeur, répliqua Louis. C'est vous dire que je réussirai.

Il sortit en riant et s'épousseta soigneusement tout le long du chemin.

Chapitre CVII - Le médiateur

Quand le roi parut chez Madame, tous les courtisans, que la nouvelle d'une scène conjugale avait
disséminés autour des appartements, commencèrent à concevoir les plus graves inquiétudes.

Il se formait aussi de ce côté un orage dont le chevalier de Lorraine, au milieu des groupes, analysait
avec joie tous les éléments, grossissant les plus faibles et manoeuvrant, selon ses mauvais desseins, les

plus forts, afin de produire les plus méchants effets possibles.

Ainsi que l'avait annoncé Anne d'Autriche, la présence du roi donna un caractère solennel à l'événement.

Ce n'était pas une petite affaire, en 1662, que le mécontentement de Monsieur contre Madame, et
l'intervention du roi dans les affaires privées de Monsieur.

Aussi vit-on les plus hardis, qui entouraient le comte de Guiche dès le premier moment, s'éloigner de lui
avec une sorte d'épouvante; et le comte lui-même, gagné par la panique générale, se retirer chez lui tout

seul.

Le roi entra chez Madame en saluant, comme il avait toujours l'habitude de le faire. Les dames d'honneur
étaient rangées en file sur son passage dans la galerie.

Si fort préoccupée que fût Sa Majesté, elle donna un coup d'oeil de maître à ces deux rangs de jeunes et
charmantes femmes qui baissaient modestement les yeux.

Toutes étaient rouges de sentir sur elles le regard du roi. Une seule, dont les longs cheveux se roulaient
en boucles soyeuses sur la plus belle peau du monde, une seule était pâle et se soutenait à peine, malgré

les coups de coude de sa compagne.

< page précédente | 243 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.