bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

- Je vais trouver ton maître, dit Raoul au valet de Guiche en le congédiant. Et, dans une heure, je serai
chez M. de Buckingham, ajouta-t-il en faisant de la main un signe au messager du duc.

Chapitre XCIV - Une foule de coups d'épée dans l'eau

Raoul, en se rendant chez de Guiche, trouva celui-ci causant avec de Wardes et Manicamp. De Wardes,
depuis l'aventure de la barrière, traitait Raoul en étranger.

On eût dit qu'il ne s'était rien passé entre eux; seulement, ils avaient l'air de ne pas se connaître.

Raoul entra, de Guiche marcha au-devant de lui. Raoul, tout en serrant la main de son ami, jeta un regard
rapide sur les deux jeunes gens. Il espérait lire sur leur visage ce qui s'agitait dans leur esprit.

De Wardes était froid et impénétrable. Manicamp semblait perdu dans la contemplation d'une garniture
qui l'absorbait.

De Guiche emmena Raoul dans un cabinet voisin et le fit asseoir.

- Comme tu as bonne mine! lui dit-il.

- C'est assez étrange, répondit Raoul, car je suis fort peu joyeux.

- C'est comme moi, n'est-ce pas, Raoul? L'amour va mal.

- Tant mieux, de ton côté, comte; la pire nouvelle, celle qui pourrait le plus m'attrister, serait une bonne
nouvelle.

- Oh! alors, ne t'afflige pas, car non seulement je suis très malheureux, mais encore je vois des gens
heureux autour de moi.

- Voilà ce que je ne comprends plus, répondit Raoul; explique, mon ami, explique.

- Tu vas comprendre. J'ai vainement combattu le sentiment que tu as vu naître en moi, grandir en moi,
s'emparer de moi; j'ai appelé à la fois tous les conseils et toute ma force; j'ai bien considéré le malheur où

je m'engageais; je l'ai sondé, c'est un abîme, je le sais; mais n'importe, je poursuivrai mon chemin.

- Insensé! tu ne peux faire un pas de plus sans vouloir aujourd'hui ta ruine, demain ta mort.

- Advienne que pourra!

- De Guiche!

- Toutes réflexions sont faites; écoute.

- Oh! tu crois réussir, tu crois que Madame t'aimera!

- Raoul, je ne crois rien, j'espère, parce que l'espoir est dans l'homme et qu'il y vit jusqu'au tombeau.

- Mais j'admets que tu obtiennes ce bonheur que tu espères, et tu es plus sûrement perdu encore que si tu
ne l'obtiens pas.

- Je t'en supplie, ne m'interromps plus, Raoul, tu ne me convaincras point; car, je te le dis d'avance, je ne
veux pas être convaincu; j'ai tellement marché que je ne puis reculer, j'ai tellement souffert que la mort

me paraîtrait un bienfait. Je ne suis plus seulement amoureux jusqu'au délire, Raoul, je suis jaloux jusqu'à

< page précédente | 144 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.