bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

- Faites cela pour moi, monsieur le vicomte, je vous en supplie.

- Je le ferai volontiers, monsieur; accompagnez-moi.

- Monsieur, je suis votre humble serviteur.

- Je vous croyais ami de M. de Manicamp?

- Oui, monsieur. Mais, ce matin, j'ai, en le regardant s'habiller, fait tomber une bouteille de vernis sur son
habit neuf, et il m'a chargé l'épée à la main, si bien que j'ai dû m'enfuir. Voilà pourquoi je ne lui ai pas

demandé de billet. Il m'eût tué.

- Cela se conçoit, dit Raoul. Je connais Manicamp capable de tuer l'homme assez malheureux pour
commettre le crime que vous avez à vous reprocher à ses yeux, mais je réparerai le mal vis-à-vis de vous;

j'agrafe mon manteau, et je suis prêt à vous servir de guide et d'introducteur.

Chapitre LXXXIX - La surprise de mademoiselle de Montalais

Madame fut mariée au Palais-Royal, dans la chapelle, devant un monde de courtisans sévèrement choisis.

Cependant, malgré la haute faveur qu'indiquait une invitation, Raoul, fidèle à sa promesse, fit entrer
Malicorne, désireux de jouir de ce curieux coup d'oeil.

Lorsqu'il eut acquitté cet engagement, Raoul se rapprocha de de Guiche, qui, pour contraste avec ses
habits splendides, montrait un visage tellement bouleversé par la douleur, que le duc de Buckingham seul

pouvait lui disputer l'excès de la pâleur et de l'abattement.

- Prends garde, comte, dit Raoul en s'approchant de son ami et en s'apprêtant à le soutenir au moment où
l'archevêque bénissait les deux époux.

En effet, on voyait M. le prince de Condé regardant d'un oeil curieux ces deux images de la désolation,
debout comme des cariatides aux deux côtés de la nef. Le comte s'observa plus soigneusement. La

cérémonie terminée, le roi et la reine passèrent dans le grand salon, où ils se firent présenter Madame et

sa suite.

On observa que le roi, qui avait paru très émerveillé à la vue de sa belle soeur, lui fit les compliments les
plus sincères. On observa que la reine mère, attachant sur Buckingham un regard long et rêveur, se

pencha vers Mme de Motteville pour lui dire:

- Ne trouvez-vous pas qu'il ressemble à son père?

On observa enfin que Monsieur observait tout le monde et paraissait assez mécontent.

Après la réception des princes et des ambassadeurs, Monsieur demanda au roi la permission de lui
présenter, ainsi qu'à Madame, les personnes de sa maison nouvelle.

- Savez-vous, vicomte, demanda tout bas M. le prince à Raoul, si la maison a été formée par une
personne de goût, et si nous aurons quelques visages assez propres?

- Je l'ignore absolument, monseigneur, répondit Raoul.

- Oh! vous jouez l'ignorance.

< page précédente | 114 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.