bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 2

«oh! pour le coup, se dit d'Artagnan, c'est trop fort. Veillons, mordioux! veillons.»

Et il donna sur Colbert tous les renseignements qu'Aramis pouvait désirer.

Le souper ou plutôt la conversation se prolongea jusqu'à une heure du matin entre d'Artagnan et Aramis.

À dix heures précises, Porthos s'était endormi sur sa chaise et ronflait comme un orgue.

À minuit, on le réveilla et on l'envoya coucher.

- Hum! dit-il; il me semble que je me suis assoupi; c'était pourtant fort intéressant ce que vous disiez.

À une heure, Aramis conduisit d'Artagnan dans la chambre qui lui était destinée et qui était la meilleure
du palais épiscopal. Deux serviteurs furent mis à ses ordres.

- Demain, à huit heures, dit-il en prenant congé de d'Artagnan, nous ferons, si vous le voulez, une
promenade à cheval avec Porthos.

- À huit heures! fit d'Artagnan, si tard?

- Vous savez que j'ai besoin de sept heures de sommeil, dit Aramis.

- C'est juste.

- Bonsoir, cher ami!

Et il embrassa le mousquetaire avec cordialité. D'Artagnan le laissa partir.

- Bon! dit-il quand sa porte fut fermée derrière Aramis, à cinq heures je serai sur pied.

Puis, cette disposition arrêtée, il se coucha et mit, comme on dit, les morceaux doubles.

Chapitre LXXIII - Où Porthos commence à être fâché d'être venu avec d'Artagnan

À peine d'Artagnan avait-il éteint sa bougie, qu'Aramis, qui guettait à travers ses rideaux le dernier soupir
de la lumière chez son ami, traversa le corridor sur la pointe du pied et passa chez Porthos. Le géant,

couché depuis une heure et demie à peu près, se prélassait sur l'édredon. Il était dans ce calme heureux du

premier sommeil qui, chez Porthos, résistait au bruit des cloches et du canon. Sa tête nageait dans ce

doux balancement qui rappelle le mouvement moelleux d'un navire. Une minute de plus, Porthos allait

rêver.

La porte de sa chambre s'ouvrit doucement sous la pression délicate de la main d'Aramis.

L'évêque s'approcha du dormeur. Un épais tapis assourdissait le bruit de ses pas; d'ailleurs, Porthos
ronflait de façon à éteindre tout autre bruit.

Il lui posa une main sur l'épaule.

- Allons, dit-il, allons, mon cher Porthos.

La voix d'Aramis était douce et affectueuse, mais elle renfermait plus qu'un avis, elle renfermait un ordre.
Sa main était légère, mais elle indiquait un danger.

Porthos entendit la voix et sentit la main d'Aramis au fond de son sommeil.

< page précédente | 10 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.