bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

Chapitre XVIII - Ou d'Artagnan cherche Porthos et ne trouve que Mousqueton

Lorsque d'Artagnan se fut bien convaincu que l'absence de M. le vicaire général d'Herblay était réelle, et
que son ami n'était point trouvable a Melun ni dans les environs, il quitta Bazin sans regret, donna un

coup d'oeil sournois au magnifique château de Vaux, qui commençait a briller de cette splendeur qui fit

sa ruine, et pinçant ses levres comme un homme plein de défiance et de soupçons, il piqua son cheval pie

en disant:

- Allons, allons, c'est encore a Pierrefonds que je trouverai le meilleur homme et le meilleur coffre. Or, je
n'ai besoin que de cela, puisque moi j'ai l'idée.

Nous ferons grâce a nos lecteurs des incidents prosaiques du voyage de d'Artagnan, qui toucha barre a
Pierrefonds dans la matinée du troisieme jour. D'Artagnan arrivait par Nanteuil-le- Haudouin et Crépy.

De loin, il aperçut le château de Louis d'Orléans, lequel, devenu domaine de la Couronne, était gardé par

un vieux concierge. C'était un de ces manoirs merveilleux du Moyen Age, aux murailles épaisses de

vingt pieds, aux tours hautes de cent.

D'Artagnan longea ses murailles, mesura ses tours des yeux et descendit dans la vallée. De loin il
dominait le château de Porthos, situé sur les rives d'un vaste étang et attenant a une magnifique foret.

C'est le meme que nous avons déja eu l'honneur de décrire a nos lecteurs; nous nous contenterons donc

de l'indiquer. La premiere chose qu'aperçut d'Artagnan apres les beaux arbres, apres le soleil de mai

dorant les coteaux verts, apres les longues futaies de bois empanachées qui s'étendent vers Compiegne,

ce fut une grande boîte roulante, poussée par deux laquais et traînée par deux autres. Dans cette boîte il y

avait une énorme chose vert et or qui arpentait, traînée et poussée, les allées riantes du parc. Cette chose,

de loin, était indétaillable et ne signifiait absolument rien; de plus pres, c'était un tonneau affublé de drap

vert galonné; de plus pres encore, c'était un homme ou plutôt un poussah dont l'extrémité inférieure, se

répandant dans la boîte, en remplissait le contenu; de plus pres encore, cet homme, c'était Mousqueton,

Mousqueton blanc de cheveux et rouge de visage comme Polichinelle.

- Eh pardieu! s'écria d'Artagnan, c'est ce cher M. Mousqueton!

- Ah!... cria le gros homme, ah! quel bonheur! quelle joie! c'est M. d'Artagnan!... Arretez, coquins!

Ces derniers mots s'adressaient aux laquais qui le poussaient et qui le tiraient. La boîte s'arreta, et les
quatre laquais, avec une précision toute militaire, ôterent a la fois leurs chapeaux galonnés et se rangerent

derriere la boîte.

- Oh! monsieur d'Artagnan, dit Mousqueton, que ne puis-je vous embrasser les genoux! Mais je suis
devenu impotent, comme vous le voyez.

- Dame! mon cher Mousqueton, c'est l'âge.

- Non, monsieur, ce n'est pas l'âge: ce sont les infirmités, les chagrins.

- Des chagrins, vous, Mousqueton? dit d'Artagnan en faisant le tour de la boîte; etes-vous fou, mon cher
ami? Dieu merci! vous vous portez comme un chene de trois cents ans.

- Ah! les jambes, monsieur, les jambes! dit le fidele serviteur.

- Comment, les jambes?

< page précédente | 96 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.