bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

- Je vous ai déja dit que je ne demandais jamais, répondit Louis avec une fierté qui fit pâlir le roi
d'Angleterre.

Et comme celui-ci, pareil a un homme blessé, faisait un mouvement de retraite:

- Pardon, mon frere, reprit-il: je n'ai pas une mere, une soeur qui souffrent; mon trône est dur et nu, mais
je suis bien assis sur mon trône. Pardon, mon frere, ne me reprochez pas cette parole: elle est d'un

égoiste; aussi la racheterai je par un sacrifice. Je vais trouver M. le cardinal. Attendez-moi, je vous prie.

Je reviens.

Chapitre X - L'arithmétique de M. de Mazarin

Tandis que le roi se dirigeait rapidement vers l'aile du château occupée par le cardinal, n'emmenant avec
lui que son valet de chambre, l'officier de mousquetaires sortait, en respirant comme un homme qui a été

forcé de retenir longuement son souffle, du petit cabinet dont nous avons déja parlé et que le roi croyait

solitaire. Ce petit cabinet avait autrefois fait partie de la chambre; il n'en était séparé que par une mince

cloison. Il en résultait que cette séparation, qui n'en était une que pour les yeux, permettait a l'oreille la

moins indiscrete d'entendre tout ce qui se passait dans cette chambre.

Il n'y avait donc pas de doute que ce lieutenant des mousquetaires n'eut entendu tout ce qui s'était passé
chez Sa Majesté. Prévenu par les dernieres paroles du jeune roi, il en sortit donc a temps pour le saluer a

son passage et pour l'accompagner du regard jusqu'a ce qu'il eut disparu dans le corridor.

Puis, lorsqu'il eut disparu, il secoua la tete d'une façon qui n'appartenait qu'a lui, et d'une voix a laquelle
quarante ans passés hors de la Gascogne n'avaient pu faire perdre son accent gascon:

- Triste service! dit-il; triste maître!

Puis, ces mots prononcés, le lieutenant reprit sa place dans son fauteuil, étendit les jambes et ferma les
yeux en homme qui dort ou qui médite. Pendant ce court monologue et la mise en scene qui l'avait suivi,

tandis que le roi, a travers les longs corridors du vieux château, s'acheminait chez M. de Mazarin, une

scene d'un autre genre se passait chez le cardinal.

Mazarin s'était mis au lit un peu tourmenté de la goutte, mais comme c'était un homme d'ordre qui
utilisait jusqu'a la douleur, il forçait sa veille a etre la tres humble servante de son travail. En

conséquence, il s'était fait apporter par Bernouin, son valet de chambre, un petit pupitre de voyage, afin

de pouvoir écrire sur son lit. Mais la goutte n'est pas un adversaire qui se laisse vaincre si facilement, et

comme, a chaque mouvement qu'il faisait, de sourde la douleur devenait aiguë:

- Brienne n'est pas la? demanda-t-il a Bernouin.

- Non, monseigneur, répondit le valet de chambre. M. de Brienne, sur votre congé, s'est allé coucher;
mais si c'est le désir de Votre Éminence, on peut parfaitement le réveiller.

- Non, ce n'est point la peine. Voyons cependant. Maudits chiffres!

Et le cardinal se mit a rever tout en comptant sur ses doigts.

- Oh! des chiffres! dit Bernouin. Bon! si Votre Éminence se jette dans ses calculs, je lui promets pour
demain la plus belle migraine! et avec cela que M. Guénaud n'est pas ici.

- Tu as raison, Bernouin. Eh bien! tu vas remplacer Brienne, mon ami. En vérité, j'aurais du emmener

< page précédente | 51 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.