bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

trouva un grand fauteuil, une lampe, du vin, de l'eau et du pain sec.

Il raviva la lampe, but un demi-verre de vin, tordit ses levres sous un sourire plein d'expression, s'installa
dans le grand fauteuil et prit toutes ses dispositions pour dormir.

Chapitre IX - Ou l'inconnu de l'hôtellerie des Médicis perd son incognito

Cet officier qui dormait ou qui s'appretait a dormir était cependant, malgré son air insouciant, chargé
d'une grave responsabilité. Lieutenant des mousquetaires du roi, il commandait toute la compagnie qui

était venue de Paris, et cette compagnie était de cent vingt hommes; mais, excepté les vingt dont nous

avons parlé, les cent autres étaient occupés de la garde de la reine mere et surtout de M. le cardinal. M.

Giulio Mazarini économisait sur les frais de voyage de ses gardes, il usait en conséquence de ceux du roi,

et largement, puisqu'il en prenait cinquante pour lui, particularité qui n'eut pas manqué de paraître bien

inconvenante a tout homme étranger aux usages de cette cour. Ce qui n'eut pas manqué non plus de

paraître, sinon inconvenant, du moins extraordinaire a cet étranger, c'est que le côté du château destiné a

M. le cardinal était brillant, éclairé, mouvementé. Les mousquetaires y montaient des factions devant

chaque porte et ne laissaient entrer personne, sinon les courriers qui, meme en voyage, suivaient le

cardinal pour ses correspondances.

Vingt hommes étaient de service chez la reine mere; trente se reposaient pour relayer leurs compagnons
le lendemain. Du côté du roi, au contraire, obscurité, silence et solitude. Une fois les portes fermées, plus

d'apparence de royauté. Tous les gens du service s'étaient retirés peu a peu.

M. le prince avait envoyé savoir si Sa Majesté requérait ses bons offices et sur le non banal du lieutenant
des mousquetaires, qui avait l'habitude de la question et de la réponse, tout commençait a s'endormir,

ainsi que chez un bon bourgeois. Et cependant il était aisé d'entendre, du corps de logis habité par le

jeune roi, les musiques de la fete et de voir les fenetres richement illuminées de la grande salle.

Dix minutes apres son installation chez lui, Louis XIV avait pu reconnaître, a un certain mouvement plus
marqué que celui de sa sortie, la sortie du cardinal, lequel, a son tour, gagnait son lit avec grande escorte

des gentilshommes et des dames.

D'ailleurs, il n'eut, pour apercevoir tout ce mouvement, qu'a regarder par la fenetre, dont les volets
n'avaient pas été fermés. Son Éminence traversa la cour, reconduite par Monsieur lui-meme, qui lui tenait

un flambeau; ensuite passa la reine mere, a qui Madame donnait familierement le bras, et toutes deux s'en

allaient chuchotant comme deux vieilles amies. Derriere ces deux couples tout défila, grandes dames,

pages, officiers; les flambeaux embraserent toute la cour comme d'un incendie aux reflets mouvants; puis

le bruit des pas et des voix se perdit dans les étages supérieurs.

Alors personne ne songeait plus au roi, accoudé a sa fenetre et qui avait tristement regardé s'écouler toute
cette lumiere, qui avait écouté s'éloigner tout ce bruit; personne, si ce n'est toutefois cet inconnu de

l'hôtellerie des Médicis, que nous avons vu sortir enveloppé dans son manteau noir.

Il était monté droit au château et était venu rôder, avec sa figure mélancolique, aux environs du palais,
que le peuple entourait encore, et voyant que nul ne gardait la grande porte ni le porche, attendu que les

soldats de Monsieur fraternisaient avec les soldats royaux, c'est-a-dire sablaient le Beaugency a

discrétions, ou plutôt a indiscrétion, l'inconnu traversa la foule, puis franchit la cour, puis vint jusqu'au

palier de l'escalier qui conduisait chez le cardinal.

Ce qui, selon toute probabilité, l'engageait a se diriger de ce côté, c'était l'éclat des flambeaux et l'air

< page précédente | 43 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.