bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

Cette raison était péremptoire; Pittrino obéit. Il composa l'enseigne des six médecins avec la légende;
l'échevin applaudit et autorisa. L'enseigne eut par la ville un succes fou. Ce qui prouve bien que la poésie

a toujours eu tort devant les bourgeois, comme dit Pittrino. Cropole, pour dédommager son peintre

ordinaire, accrocha dans sa chambre a coucher les nymphes de la précédente enseigne, ce qui faisait

rougir Mme Cropole chaque fois qu'elle les regardait en se déshabillant le soir.

Voila comment la maison au pignon eut une enseigne, voila comment, faisant fortune, l'hôtellerie des
Médicis fut forcée de s'agrandir du quadrilatere que nous avons dépeint.

Voila comment il y avait a Blois une hôtellerie de ce nom ayant pour propriétaire maître Cropole et pour
peintre ordinaire maître Pittrino.

Chapitre VI - L'inconnu

Ainsi fondée et recommandée par son enseigne, l'hôtellerie de maître Cropole marchait vers une solide
prospérité. Ce n'était pas une fortune immense que Cropole avait en perspective, mais il pouvait espérer

de doubler les mille louis d'or légués par son pere, de faire mille autre louis de la vente de la maison et du

fonds, et libre enfin, de vivre heureux comme un bourgeois de la ville. Cropole était âpre au gain, il

accueillit en homme fou de joie la nouvelle de l'arrivée du roi Louis XIV.

Lui, sa femme, Pittrino et deux marmitons firent aussitôt main basse sur tous les habitants du colombier,
de la basse-cour et des clapiers, en sorte qu'on entendit dans les cours de l'Hôtellerie des Médicis autant

de lamentations et de cris que jadis on en avait entendu dans Rama.

Cropole n'avait pour le moment qu'un seul voyageur.

C'était un homme de trente ans a peine, beau, grand, austere, ou plutôt mélancolique dans chacun de ses
gestes et de ses regards. Il était vetu d'un habit de velours noir avec des garnitures de jais; un col blanc,

simple comme celui des puritains les plus séveres, faisait ressortir la teinte mate et fine de son cou plein

de jeunesse; une légere moustache blonde couvrait a peine sa levre frémissante et dédaigneuse. Il parlait

aux gens en les regardant en face, sans affectation, il est vrai, mais sans scrupule; de sorte que l'éclat de

ses yeux bleus devenait tellement insupportable que plus d'un regard se baissait devant le sien, comme

fait l'épée la plus faible dans un combat singulier. En ce temps ou les hommes, tous créés égaux par Dieu,

se divisaient, grâce aux préjugés, en deux castes distinctes, le gentilhomme et le roturier, comme ils se

divisent réellement en deux races, la noire et la blanche, en ce temps, disons-nous, celui dont nous

venons d'esquisser le portrait ne pouvait manquer d'etre pris pour un gentilhomme, et de la meilleure

race. Il ne fallait pour cela que consulter ses mains, longues, effilées et blanches, dont chaque muscle,

chaque veine transparaissaient sous la peau au moindre mouvement, dont les phalanges rougissaient a la

moindre crispation.

Ce gentilhomme était donc arrivé seul chez Cropole. Il avait pris sans hésiter, sans réfléchir meme,
l'appartement le plus important, que l'hôtelier lui avait indiqué dans un but de rapacité fort condamnable,

diront les uns, fort louable, diront les autres, s'ils admettent que Cropole fut physionomiste et jugeât les

gens a premiere vue. Cet appartement était celui qui composait toute la devanture de la vieille maison

triangulaire: un grand salon éclairé par deux fenetres au premier étage, une petite chambre a côté, une

autre au-dessus. Or, depuis qu'il était arrivé, ce gentilhomme avait a peine touché au repas qu'on lui avait

servi dans sa chambre. Il n'avait dit que deux mots a l'hôte pour le prévenir qu'il viendrait un voyageur du

nom de Parry, et recommander qu'on laissât monter ce voyageur. Ensuite, il avait gardé un silence

tellement profond, que Cropole en avait été presque offensé, lui qui aimait les gens de bonne compagnie.

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.