bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

a qui vous servirez volontiers, je crois, de compagnon, car vous le connaissez.

D'Artagnan regarda étonné.

- C'est un certain comte de La Fere... celui que vous appelez Athos, ajouta le roi en terminant la
conversation, comme il l'avait commencée, par un joyeux éclat de rire. Adieu, chevalier, adieu!

Aimez-moi comme je vous aime.

Et la-dessus, faisant un signe a Parry pour lui demander si quelqu'un n'attendait pas dans un cabinet
voisin, le roi disparut dans ce cabinet, laissant la place au chevalier, tout étourdi de cette singuliere

audience.

Le vieillard lui prit le bras amicalement et l'emmena vers les jardins.

Chapitre XXXV - Sur le canal

Sur le canal aux eaux d'un vert opaque, bordé de margelles de marbre ou le temps avait déja semé ses
taches noires et des touffes d'herbes moussues, glissait majestueusement une longue barque plate,

pavoisée aux armes d'Angleterre, surmontée d'un dais et tapissée de longues étoffes damassées qui

traînaient leurs franges dans l'eau. Huit rameurs, pesant mollement sur les avirons, la faisaient mouvoir

sur le canal avec la lenteur gracieuse des cygnes, qui, troublés dans leur antique possession par le sillage

de la barque, regardaient de loin passer cette splendeur et ce bruit. Nous disons ce bruit, car la barque

renfermait quatre joueurs de guitare et de luth, deux chanteurs et plusieurs courtisans, tout chamarrés d'or

et de pierreries, lesquels montraient leurs dents blanches a l'envi pour plaire a lady Stuart, petite-fille de

Henri IV, fille de Charles Ier, soeur de Charles II, qui occupait sous le dais de cette barque la place

d'honneur. Nous connaissons cette jeune princesse, nous l'avons vue au Louvre avec sa mere, manquant

de bois, manquant de pain, nourrie par le coadjuteur et les parlements. Elle avait donc, comme ses freres,

passé une dure jeunesse; puis tout a coup elle venait de se réveiller de ce long et horrible reve, assise sur

les degrés d'un trône, entourée de courtisans et de flatteurs.

Comme Marie Stuart au sortir de la prison, elle aspirait donc la vie et la liberté, et, de plus, la puissance
et la richesse.

Lady Henriette en grandissant était devenue une beauté remarquable que la restauration qui venait d'avoir
lieu avait rendue célebre. Le malheur lui avait ôté l'éclat de l'orgueil, mais la prospérité venait de le lui

rendre. Elle resplendissait dans sa joie et son bien-etre, pareille a ces fleurs de serre qui, oubliées pendant

une nuit aux premieres gelées d'automne, ont penché la tete, mais qui le lendemain, réchauffées a

l'atmosphere dans laquelle elles sont nées, se relevent plus splendides que jamais. Lord Villiers de

Buckingham, fils de celui qui joue un rôle si célebre dans les premiers chapitres de cette histoire, lord

Villiers de Buckingham, beau cavalier, mélancolique avec les femmes, rieur avec les hommes, et Vilmot

de Rochester, rieur avec les deux sexes, se tenaient en ce moment debout devant lady Henriette, et se

disputaient le privilege de la faire sourire.

Quant a cette jeune et belle princesse, adossée a un coussin de velours brodé d'or, les mains inertes et
pendantes qui trempaient dans l'eau, elle écoutait nonchalamment les musiciens sans les entendre, et elle

entendait les deux courtisans sans avoir l'air de les écouter. C'est que lady Henriette, cette créature pleine

de charmes, cette femme qui joignait les grâces de la France a celles de l'Angleterre, n'ayant pas encore

aimé, était cruelle dans sa coquetterie.

Aussi le sourire, cette naive faveur des jeunes filles, n'éclairait pas meme son visage, et si parfois elle

< page précédente | 191 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.