bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

- Vous devez vous tromper, dit Athos, ou je ne connais plus d'honnetes gens que vous et moi.

D'Artagnan haussa les épaules et décacheta la lettre, tandis que l'Anglais, impassible, approchait de lui
une grosse lanterne dont la lumiere devait l'aider a lire.

- Eh bien! qu'avez-vous? dit Athos voyant changer la physionomie du lecteur.

- Tenez, lisez vous-meme, dit le mousquetaire.

Athos prit le papier et lut:

«Monsieur d'Artagnan, le roi a regretté bien vivement que vous ne fussiez pas venu a Saint-Paul avec son
cortege. Sa Majesté dit que vous lui avez manqué comme vous me manquiez aussi a moi, cher capitaine.

Il n'y a qu'un moyen de réparer tout cela. Sa Majesté m'attend a neuf heures au palais de Saint-James;

voulez-vous vous y trouver en meme temps que moi? Sa Tres Gracieuse Majesté vous fixe cette heure

pour l'audience qu'elle vous accorde.»

La lettre était de Monck.

Chapitre XXXIII - L'audience

- Eh bien? s'écria Athos avec un doux reproche, lorsque d'Artagnan eut lu la lettre qui lui était adressée
par Monck.

- Eh bien! dit d'Artagnan, rouge de plaisir et un peu de honte de s'etre tant pressé d'accuser le roi et
Monck, c'est une politesse... qui n'engage a rien, c'est vrai... mais enfin c'est une politesse.

- J'avais bien de la peine a croire le jeune prince ingrat, dit Athos.

- Le fait est que son présent est bien pres encore de son passé, répliqua d'Artagnan; mais enfin, jusqu'ici
tout me donnait raison.

- J'en conviens, cher ami, j'en conviens. Ah! voila votre bon regard revenu. Vous ne sauriez croire
combien je suis heureux.

- Ainsi, voyez, dit d'Artagnan, Charles II reçoit M. Monck a neuf heures, moi il me recevra a dix heures;
c'est une grande audience, de celles que nous appelons au Louvre distribution d'eau bénite de cour.

Allons nous mettre sous la gouttiere, mon cher ami, allons.

Athos ne lui répondit rien, et tous deux se dirigerent, en pressant le pas, vers le palais de Saint-James que
la foule envahissait encore, pour apercevoir aux vitres les ombres des courtisans et les reflets de la

personne royale. Huit heures sonnaient quand les deux amis prirent place dans la galerie pleine de

courtisans et de solliciteurs. Chacun donna un coup d'oeil a ces habits simples et de forme étrangere, a

ces deux tetes si nobles, si pleines de caractere et de signification. De leur côté, Athos et d'Artagnan,

apres avoir en deux regards mesuré toute cette assemblée, se remirent a causer ensemble. Un grand bruit

se fit tout a coup aux extrémités de la galerie: c'était le général Monck qui entrait, suivi de plus de vingt

officiers qui quetaient un de ses sourires, car il était la veille encore maître de l'Angleterre, et on

supposait un beau lendemain au restaurateur de la famille des Stuarts.

- Messieurs, dit Monck en se détournant, désormais, je vous prie, souvenez-vous que je ne suis plus rien.
Naguere encore je commandais la principale armée de la république; maintenant cette armée est au roi,

< page précédente | 181 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.