bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

- Oui, commandant.

D'Artagnan revint a Monck en lui disant:

- Monsieur, j'attends vos ordres, car nous allons partir ensemble, a moins que ma compagnie ne vous soit
pas agréable.

- Au contraire, monsieur, dit Monck.

- Allons, messieurs, embarquons! cria le fils de Keyser.

Charles salua noblement et dignement le général en lui disant:

- Vous me pardonnerez le contretemps et la violence que vous avez soufferts, quand vous serez
convaincu que je ne les ai point causés.

Monck s'inclina profondément sans répondre. De son côté, Charles affecta de ne pas dire un mot en
particulier a d'Artagnan; mais tout haut:

- Merci encore, monsieur le chevalier, lui dit-il, merci de vos services. Ils vous seront payés par le
Seigneur Dieu, qui réserve a moi tout seul, je l'espere, les épreuves et la douleur.

Monck suivit Keyser et son fils, et s'embarqua avec eux.

D'Artagnan les suivit en murmurant:

- Ah! mon pauvre Planchet, j'ai bien peur que nous n'ayons fait une mauvaise spéculation!

Chapitre XXX - Les actions de la société Planchet et Compagnie remontent au pair

Pendant la traversée, Monck ne parla a d'Artagnan que dans les cas d'urgente nécessité. Ainsi, lorsque le
Français tardait a venir prendre son repas, pauvre repas composé de poisson salé, de biscuit et de

genievre, Monck l'appelait et lui disait:

- A table, monsieur!

C'était tout. D'Artagnan, justement parce qu'il était dans les grandes occasions extremement concis, ne
tira pas de cette concision un augure favorable pour le résultat de sa mission. Or, comme il avait

beaucoup de temps de reste, il se creusait la tete pendant ce temps a chercher comment Athos avait vu

Charles II, comment il avait conspiré avec lui ce départ, comment enfin il était entré dans le camp de

Monck; et le pauvre lieutenant de mousquetaires s'arrachait un poil de sa moustache chaque fois qu'il

songeait qu'Athos était sans doute le cavalier qui accompagnait Monck dans la fameuse nuit de

l'enlevement. Enfin, apres deux nuits et deux jours de traversée, le patron Keyser toucha terre a l'endroit

ou Monck, qui avait donné tous les ordres pendant la traversée, avait commandé qu'on débarquât. C'était

justement a l'embouchure de cette petite riviere pres de laquelle Athos avait choisi son habitation. Le jour

baissait; un beau soleil, pareil a un bouclier d'acier rougi, plongeait l'extrémité inférieure de son disque

sous la ligne bleue de la mer. La felouque cinglait toujours, en remontant le fleuve, assez large en cet

endroit; mais Monck, en son impatience, ordonna de prendre terre, et le canot de Keyser le débarqua, en

compagnie de d'Artagnan, sur le bord vaseux de la riviere, au milieu des roseaux... D'Artagnan, résigné a

l'obéissance, suivait Monck absolument comme l'ours enchaîné suit son maître; mais sa position

l'humiliait fort, a son tour, et il grommelait tout bas que le service des rois est amer, et que le meilleur de

tous ne vaut rien.

< page précédente | 165 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.