bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

Mais personne ne répondit. Alors il arma son pistolet, mit l'épée a la main, et pressa le pas sans
cependant vouloir appeler personne. Cet appel, dont l'urgence n'était pas absolue, lui paraissait indigne de

lui.

Chapitre XXVII - Le lendemain

Il était sept heures du matin: les premiers rayons du jour éclairaient les étangs, dans lesquels le soleil se
reflétait comme un boulet rougi, lorsque Athos, se réveillant et ouvrant la fenetre de sa chambre a

coucher qui donnait sur les bords de la riviere, aperçut a quinze pas de distance a peu pres le sergent et

les hommes qui l'avaient accompagné la veille, et qui, apres avoir déposé les barils chez lui, étaient

retournés au camp par la chaussée de droite.

Pourquoi, apres etre retournés au camp, ces hommes étaient-ils revenus? Voila la question qui se
présenta soudainement a l'esprit d'Athos.

Le sergent, la tete haute, paraissait guetter le moment ou le gentilhomme paraîtrait pour l'interpeller.
Athos, surpris de retrouver la ceux qu'il avait vus s'éloigner la veille, ne put s'empecher de leur témoigner

son étonnement.

- Cela n'a rien de surprenant, monsieur, dit le sergent, car hier le général m'a recommandé de veiller a
votre sureté, et j'ai du obéir a cet ordre.

- Le général est au camp? demanda Athos.

- Sans doute, monsieur, puisque vous l'avez quitté hier s'y rendant.

- Eh bien! attendez-moi; j'y vais aller pour rendre compte de la fidélité avec laquelle vous avez rempli
votre mission et pour reprendre mon épée, que j'oubliai hier sur la table.

- Cela tombe a merveille, dit le sergent, car nous allions vous en prier.

Athos crut remarquer un certain air de bonhomie équivoque sur le visage de ce sergent; mais l'aventure
du souterrain pouvait avoir excité la curiosité de cet homme, et il n'était pas surprenant alors qu'il laissât

voir sur son visage un peu des sentiments qui agitaient son esprit. Athos ferma donc soigneusement les

portes, et il en confia les clefs a Grimaud, lequel avait élu son domicile sous l'appentis meme qui

conduisait au cellier ou les barils avaient été enfermés.

Le sergent escorta le comte de La Fere jusqu'au camp. La, une garde nouvelle attendait et relaya les
quatre hommes qui avaient conduit Athos.

Cette garde nouvelle était commandée par l'aide de camp Digby, lequel, durant le trajet, attacha sur
Athos des regards si peu encourageants, que le Français se demanda d'ou venaient a son endroit cette

vigilance et cette sévérité, quand la veille il avait été si parfaitement libre.

Il n'en continua pas moins son chemin vers le quartier général, renfermant en lui-meme les observations
que le forçaient de faire les hommes et les choses. Il trouva sous la tente du général ou il avait été

introduit la veille trois officiers supérieurs; c'étaient le lieutenant de Monck et deux colonels. Athos

reconnut son épée; elle était encore sur la table du général, a la place ou il l'avait laissée la veille.

Aucun des officiers n'avait vu Athos, aucun par conséquent ne le connaissait. Le lieutenant de Monck
demanda alors, a l'aspect d'Athos, si c'était bien la le meme gentilhomme avec lequel le général était sorti

< page précédente | 150 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.