bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Le vicomte de Bragelonne, 1

enfin, a trente sous par jour. D'Artagnan se proposait de les surprendre en flagrant délit de vie errante, et
de juger par la premiere apparence s'il fallait compter sur eux comme sur de bons compagnons.

Il arriva le soir, a quatre heures et demie, a Calais.

Chapitre XXII - D'Artagnan voyage pour la maison Planchet et Compagnie

L'hôtellerie du Grand-Monarque était située dans une petite rue parallele au port, sans donner sur le port
meme; quelques ruelles coupaient, comme des échelons coupent les deux paralleles de l'échelle, les deux

grandes lignes droites du port et de la rue. Par les ruelles on débouchait inopinément du port dans la rue

et de la rue dans le port.

D'Artagnan arriva sur le port, prit une de ces rues, et tomba inopinément devant l'hôtellerie du
Grand-Monarque. Le moment était bien choisi et put rappeler a d'Artagnan son début a l'hôtellerie du

Franc-Meunier, a Meung. Des matelots qui venaient de jouer aux dés s'étaient pris de querelle et se

menaçaient avec fureur. L'hôte, l'hôtesse et deux garçons surveillaient avec anxiété le cercle de ces

mauvais joueurs, du milieu desquels la guerre semblait prete a s'élancer toute hérissée de couteaux et de

haches.

Le jeu, cependant, continuait.

Un banc de pierre était occupé par deux hommes qui semblaient ainsi veiller a la porte; quatre tables
placées au fond de la chambre commune étaient occupées par huit autres individus. M. les hommes du

banc ni les hommes des tables ne prenaient part ni a la querelle ni au jeu. D'Artagnan reconnut ses dix

hommes dans ces spectateurs si froids et si indifférents. La querelle allait croissant. Toute passion a,

comme la mer, sa marée qui monte et qui descend. Arrivé au paroxysme de sa passion, un matelot

renversa la table et l'argent qui était dessus. La table tomba, l'argent roula. A l'instant meme tout le

personnel de l'hôtellerie se jeta sur les enjeux, et bon nombre de pieces blanches furent ramassées par des

gens qui s'esquiverent, tandis que les matelots se déchiraient entre eux.

Seuls, les deux hommes du banc et les huit hommes de l'intérieur, quoiqu'ils eussent l'air parfaitement
étrangers les uns aux autres, seuls, disons-nous, ces dix hommes semblaient s'etre donné le mot pour

demeurer impassibles au milieu de ces cris de fureur et de ce bruit d'argent. Deux seulement se

contenterent de repousser avec le pied les combattants qui venaient jusque sous leur table.

Deux autres, enfin, plutôt que de prendre part a tout ce vacarme, sortirent leurs mains de leurs poches;
deux autres, enfin, monterent sur la table qu'ils occupaient, comme font, pour éviter d'etre submergés, des

gens surpris par une crue d'eau.

«Allons, allons, se dit d'Artagnan, qui n'avait perdu aucun de ces détails que nous venons de raconter,
voila une jolie collection: circonspects, calmes, habitués au bruit, faits aux coups; peste! j'ai eu la main

heureuse.»

Tout a coup son attention fut appelée sur un point de la chambre.

Les deux hommes qui avaient repoussé du pied les lutteurs furent assaillis d'injures par les matelots qui
venaient de se réconcilier. L'un deux, a moitié ivre de colere et tout a fait de biere, vint d'un ton menaçant

demander au plus petit de ces deux sages de quel droit il avait touché de son pied des créatures du bon

Dieu qui n'étaient pas des chiens. Et en faisant cette interpellation, il mit, pour la rendre plus directe, son

gros poing sous le nez de la recrue de M. d'Artagnan.

< page précédente | 119 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.