bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

- Lui écrire, c'est bien leste, Coconnas, à un prince du sang!

- Oui, du sang! du sang de mon ami. Prends garde, s'écria Coconnas en roulant ses gros yeux tragiques,
prends garde que je m'amuse aux choses de l'étiquette!

- Au fait, se dit La Mole, dans quelques jours il n'aura plus besoin du prince, ni de personne; car s'il veut
venir avec nous, nous l'emmènerons.

Coconnas prit donc la plume sans plus longue opposition de son ami, et tout couramment composa le
morceau d'éloquence que l'on va lire.

«Monseigneur, «Il n'est pas que Votre Altesse, versée dans les auteurs de l'Antiquité comme elle l'est, ne
connaisse l'histoire touchante d'Oreste et de Pylade, qui étaient deux héros fameux par leurs malheurs et

par leur amitié. Mon ami La Mole n'est pas moins malheureux qu'Oreste, et moi je ne suis pas moins

tendre que Pylade. Il a, dans ce moment-ci, de grandes occupations qui réclament mon aide. Il est donc

impossible que je me sépare de lui. Ce qui fait que, sauf l'approbation de Votre Altesse, je prends un petit

congé, déterminé que je suis de m'attacher à sa fortune, quelque part qu'elle me conduise: c'est dire à

Votre Altesse combien est grande la violence qui m'arrache de son service, en raison de quoi je ne

désespère pas d'obtenir son pardon, et j'ose continuer de me dire avec respect, «De Votre Altesse royale,

«Monseigneur, «Le très humble et très obéissant «ANNIBAL, COMTE DE COCONNAS, «ami

inséparable de M. de La Mole.»

Ce chef-d'oeuvre terminé, Coconnas le lut à haute voix à La Mole qui haussa les épaules.

- Eh bien, qu'en dis-tu? demanda Coconnas, qui n'avait pas vu le mouvement, ou qui avait fait semblant
de ne pas le voir.

- Je dis, répondit La Mole, que M. d'Alençon va se moquer de nous.

- De nous?

- Conjointement.

- Cela vaut encore mieux, ce me semble, que de nous étrangler séparément.

- Bah! dit La Mole en riant, l'un n'empêchera peut-être point l'autre.

- Eh bien, tant pis! arrive qu'arrive, j'envoie la lettre demain matin. Où allons-nous coucher en sortant
d'ici?

- Chez maître La Hurière. Tu sais, dans cette petite chambre où tu voulais me daguer quand nous n'étions
pas encore Oreste et Pylade?

- Bien, je ferai porter ma lettre au Louvre par notre hôte. En ce moment le panneau s'ouvrit.

- Eh bien, demandèrent ensemble les deux princesses, où sont Oreste et Pylade?

- Mordi! madame, répondit Coconnas, Pylade et Oreste meurent de faim et d'amour.

Ce fut effectivement maître La Hurière qui, le lendemain à neuf heures du matin, porta au Louvre la
respectueuse missive de maître Annibal de Coconnas.

XIV. Orthon

< page précédente | 90 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.