bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

- Mon fils, lui dit Catherine, oubliez-vous si vite la prédiction de René? Soyez tranquille, vous n'y
demeurerez pas longtemps.

- Ma mère, je vous en conjure, dit le duc d'Anjou, au premier bruit, au premier soupçon que la couronne
de France peut être vacante, prévenez-moi...

- Soyez tranquille, mon fils, dit Catherine; jusqu'au jour que nous attendons tous deux il y aura
incessamment dans mon écurie un cheval sellé, et dans mon antichambre un courrier prêt à partir pour la

Pologne.

XIII. Oreste et Pylade

Henri d'Anjou parti, on eût dit que la paix et le bonheur étaient revenus s'asseoir dans le Louvre au foyer
de cette famille d'Atrides.

Charles, oubliant sa mélancolie, reprenait sa vigoureuse santé, chassant avec Henri et parlant de chasse
avec lui les jours où il ne pouvait chasser; ne lui reprochant qu'une chose, son apathie pour la chasse au

vol, et disant qu'il serait un prince parfait s'il savait dresser les faucons, les gerfauts et les tiercelets

comme il savait dresser braques et courants.

Catherine était redevenue bonne mère: douce à Charles et à d'Alençon, caressante à Henri et à
Marguerite, gracieuse à madame de Nevers et à madame de Sauve; et, sous prétexte que c'était en

accomplissant un ordre d'elle qu'il avait été blessé, elle avait poussé la bonté d'âme jusqu'à aller voir deux

fois Maurevel convalescent dans sa maison de la rue de la Cerisaie.

Marguerite continuait ses amours à l'espagnole.

Tous les soirs elle ouvrait sa fenêtre et correspondait avec La Mole par gestes et par écrit; et dans
chacune de ses lettres le jeune homme rappelait à sa belle reine qu'elle lui avait promis quelques instants,

en récompense de son exil, rue Cloche-Percée.

Une seule personne au monde était seule et dépareillée dans le Louvre redevenu si calme et si paisible.

Cette personne, c'était notre ami le comte Annibal de Coconnas.

Certes, c'était quelque chose que de savoir La Mole vivant; c'était beaucoup que d'être toujours le préféré
de madame de Nevers, la plus rieuse et la plus fantasque de toutes les femmes. Mais tout le bonheur de

ce tête-à-tête que la belle duchesse lui accordait, tout le repos d'esprit donné par Marguerite à Coconnas

sur le sort de leur ami commun, ne valaient point aux yeux du Piémontais une heure passée avec La Mole

chez l'ami La Hurière devant un pot de vin doux, ou bien une de ces courses dévergondées faites dans

tous ces endroits de Paris où un honnête gentilhomme pouvait attraper des accrocs à sa peau, à sa bourse

ou à son habit.

Madame de Nevers, il faut l'avouer à la honte de l'humanité, supportait impatiemment cette rivalité de La
Mole. Ce n'est point qu'elle détestât le Provençal, au contraire: entraînée par cet instinct irrésistible qui

porte toute femme à être coquette malgré elle avec l'amant d'une autre femme, surtout quand cette femme

est son amie, elle n'avait point épargné à La Mole les éclairs de ses yeux d'émeraude, et Coconnas eût pu

envier les franches poignées de main et les frais d'amabilité faits par la duchesse en faveur de son ami

pendant ces jours de caprice, où l'astre du Piémontais semblait pâlir dans le ciel de sa belle maîtresse;

mais Coconnas, qui eût égorgé quinze personnes pour un seul clin d'oeil de sa dame, était si peu jaloux

< page précédente | 84 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.