bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

- Sire, vous avez mal interprété mes paroles: j'ai appelé mon fils celui qui allait me quitter. Je l'aime
mieux en ce moment parce que c'est lui qu'en ce moment je crains le plus de perdre. Est-ce un crime à

une mère de désirer que son enfant ne la quitte pas?

- Et moi, je vous dis qu'il vous quittera, je vous dis qu'il quittera la France, qu'il s'en ira en Pologne, et
cela dans deux jours; et si vous ajoutez une parole ce sera demain; et si vous ne baissez pas le front, si

vous n'éteignez pas la menace de vos yeux, je l'étrangle ce soir comme vous vouliez qu'on étranglât hier

l'amant de votre fille. Seulement je ne le manquerai pas, moi, comme nous avons manqué La Mole.

Sous cette première menace, Catherine baissa le front; mais presque aussitôt elle le releva.

- Ah! pauvre enfant! dit-elle, ton frère veut te tuer. Eh bien, soit tranquille, ta mère te défendra.

- Ah! l'on me brave! s'écria Charles. Eh bien, par le sang du Christ! il mourra, non pas ce soir, non pas
tout à l'heure, mais à l'instant même. Ah! une arme! une dague! un couteau! ... Ah!

Et Charles, après avoir porté inutilement les yeux autour de lui pour chercher ce qu'il demandait, aperçut
le petit poignard que sa mère portait à sa ceinture, se jeta dessus, l'arracha de sa gaine de chagrin

incrustée d'argent, et bondit hors de la chambre pour aller frapper Henri d'Anjou partout où il le

trouverait. Mais en arrivant dans le vestibule ses forces surexcitées au-delà de la puissance humaine,

l'abandonnèrent tout à coup: il étendit le bras, laissa tomber l'arme aiguë, qui resta fichée dans le parquet,

jeta un cri lamentable, s'affaissa sur lui-même et roula sur le plancher.

En même temps le sang jaillit en abondance de ses lèvres et de son nez.

- Jésus! dit-il, on me tue; à moi! à moi!

Catherine, qui l'avait suivi, le vit tomber; elle regarda un instant impassible et sans bouger; puis rappelée
à elle, non par l'amour maternel, mais par la difficulté de la situation, elle ouvrit en criant:

- Le roi se trouve mal! au secours! au secours! À ce cri un monde de serviteurs, d'officiers et de
courtisans s'empressèrent autour du jeune roi. Mais avant tout le monde une femme s'était élancée,

écartant les spectateurs et relevant Charles pâle comme un cadavre.

- On me tue, nourrice, on me tue, murmura le roi baigné de sueur et de sang.

- On te tue! mon Charles! s'écria la bonne femme en parcourant tous les visages avec un regard qui fit
reculer jusqu'à Catherine elle-même; et qui donc cela qui te tue?

Charles poussa un faible soupir et s'évanouit tout à fait.

- Ah! dit le médecin Ambroise Paré, qu'on avait envoyé chercher à l'instant même, ah! voilà le roi bien
malade!

- Maintenant, de gré ou de force, se dit l'implacable Catherine, il faudra bien qu'il accorde un délai.

Et elle quitta le roi pour aller joindre son second fils, qui attendait avec anxiété dans l'oratoire le résultat
de cet entretien si important pour lui.

X. L'Horoscope

En sortant de l'oratoire, où elle venait d'apprendre à Henri d'Anjou tout ce qui s'était passé, Catherine

< page précédente | 65 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.