bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

Quant à la duchesse de Nevers, appuyée à la muraille, elle ne pouvait détacher son regard de ce pâle
visage sur lequel tant de fois elle avait cherché la joie et l'amour.

- La Mole! cher La Mole! murmura Marguerite.

- Annibal! Annibal! s'écria la duchesse de Nevers, si fier, si brave, tu ne me réponds plus! ... Et un torrent
de larmes s'échappa de ses yeux.

Cette femme si dédaigneuse, si intrépide, si insolente dans le bonheur; cette femme qui poussait le
scepticisme jusqu'au doute suprême, la passion jusqu'à la cruauté, cette femme n'avait jamais pensé à la

mort.

Marguerite lui en donna l'exemple. Elle enferma dans un sac brodé de perles et parfumé des plus fines
essences la tête de La Mole, plus belle encore puisqu'elle se rapprochait du velours et de l'or, et à laquelle

une préparation particulière, employée à cette époque dans les embaumements royaux, devait conserver

sa beauté. Henriette s'approcha à son tour, enveloppant la tête de Coconnas dans un pan de son manteau.

Et toutes deux, courbées sous leur douleur plus que sous leur fardeau, montèrent l'escalier avec un
dernier regard pour les restes qu'elles laissaient à la merci du bourreau, dans ce sombre réduit des

criminels vulgaires.

- Ne craignez rien, madame, dit Caboche, qui comprit ce regard, les gentilshommes seront ensevelis,
enterrés saintement, je vous le jure.

- Et tu leur feras dire des messes avec ceci, dit Henriette arrachant de son cou un magnifique collier de
rubis et le présentant au bourreau.

On revint au Louvre comme on en était sorti. Au guichet, la reine se fit reconnaître; au bas de son
escalier particulier, elle descendit, rentra chez elle, déposa sa triste relique dans le cabinet de sa chambre

à coucher, destiné dès ce moment à devenir un oratoire, laissa Henriette en garde de sa chambre, et plus

pâle et plus belle que jamais, entra vers dix heures dans la grande salle du bal, la même où nous avons

vu, il y a tantôt deux ans et demi, s'ouvrir le premier chapitre de notre histoire.

Tous les yeux se tournèrent vers elle, et elle supporta ce regard universel d'un air fier et presque joyeux.
C'est qu'elle avait religieusement accompli le dernier voeu de son ami. Charles, en l'apercevant, traversa

chancelant le flot doré qui l'entourait.

- Ma soeur, dit-il tout haut, je vous remercie. Puis tout bas:

- Prenez garde! dit-il, vous avez au bras une tache de sang...

- Ah! qu'importe, Sire, dit Marguerite, pourvu que j'aie le sourire sur les lèvres!

XXXI. La sueur de sang

Quelques jours après la scène terrible que nous venons de raconter, c'est-à-dire le 30 mai 1574, la cour
étant à Vincennes, on entendit tout à coup un grand bruit dans la chambre du roi, lequel, étant retombé

plus malade que jamais au milieu du bal qu'il avait voulu donner le jour même de la mort des deux jeunes

gens, était, par ordre des médecins, venu chercher à la campagne un air plus pur.

Il était huit heures du matin. Un petit groupe de courtisans causait avec feu dans l'antichambre, quand
tout à coup retentit le cri, et parut au seuil de l'appartement la nourrice de Charles, les yeux baignés de

< page précédente | 203 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.