bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

- Et maintenant signez. Le Florentin signa.

- Vous m'avez promis la vie sauve, dit le parfumeur.

- Et, de mon côté, je vous tiendrai parole.

- Mais, dit René, du côté de la reine mère?

- Oh! de ce côté, dit Charles, cela ne me regarde plus: si l'on vous attaque, défendez-vous.

- Sire, puis-je quitter la France quand je croirai ma vie menacée?

- Je vous répondrai à cela dans quinze jours.

- Mais en attendant...

Charles posa, en fronçant le sourcil, son doigt sur ses lèvres livides.

- Oh! soyez tranquille, Sire. Et, trop heureux d'en être quitte à si bon marché, le Florentin s'inclina et
sortit. Derrière lui, la nourrice apparut à la porte de sa chambre.

- Qu'y a-t-il donc, mon Charlot? dit-elle.

- Nourrice, il y a que j'ai marché dans la rosée, et que cela m'a fait mal.

- En effet, tu es bien pâle, mon Charlot.

- C'est que je suis bien faible. Donne-moi le bras, nourrice, pour aller jusqu'à mon lit.

La nourrice s'avança vivement. Charles s'appuya sur elle et gagna sa chambre.

- Maintenant, dit Charles, je me mettrai au lit tout seul.

- Et si maître Ambroise Paré vient?

- Tu lui diras que je vais mieux et que je n'ai plus besoin de lui.

- Mais, en attendant, que prendras-tu?

- Oh! une médecine bien simple, dit Charles, des blancs d'oeufs battus dans du lait. À propos, nourrice,
continua-t-il, ce pauvre Actéon est mort. Il faudra, demain matin, le faire enterrer dans un coin du jardin

du Louvre. C'était un de mes meilleurs amis... Je lui ferai faire un tombeau... Si j'en ai le temps.

XXIII. Le bois de Vincennes

Ainsi que l'ordre en avait été donné par Charles IX, Henri fut conduit le même soir au bois de Vincennes.
C'est ainsi qu'on appelait à cette époque le fameux château dont il ne reste plus aujourd'hui qu'un débris,

fragment colossal qui suffit à donner une idée de sa grandeur passée.

Le voyage se fit en litière. Quatre gardes marchaient de chaque côté. M. de Nancey, porteur de l'ordre qui
devait ouvrir à Henri les portes de la prison protectrice, marchait le premier.

À la poterne du donjon, on s'arrêta. M. de Nancey descendit de cheval, ouvrit la portière fermée à
cadenas, et invita respectueusement le roi à descendre.

< page précédente | 153 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.